icone du menu burger icone de fermeture du menu burger

Fenua, Roman

Patrick Deville

Seuil

  • par (Libraire)
    6 janvier 2022

    Erudit du récit

    Fenua, territoire, terre, pays ou île, est aussi le huitième volume du cycle narratif que Patrick Deville a entamé en 2004 avec Pura vida et qui devrait se clore avec les quatre derniers opus du projet Abracadabra : un tour du monde d’est en ouest, avec escale en France puis reprise du périple en sens inverse. Une circumnavigation préalablement étudiée sur les cartes et dans les livres, éprouvée ensuite par l’auteur sur le terrain, puis restituée dans un corpus littéraire unique. Il y a donc en filigrane un itinéraire, une fin programmée, une destination choisie, un destin travaillé.

    Or c’est bien de destins bousculés par l’irruption de l’inconnu dont il s’agit dans cet érudit récit où, derrière le formalisme assumé de son principe littéraire, scintillent les confidences d’un honnête homme qui à force d’enquêtes, d’observations, de séjours, de lectures et de rencontres, apprend et partage, reçoit et se transforme.

    Partir en Polynésie pour atteindre ses cinq archipels c’est faire le plus long voyage du monde. Atteindre enfin ce morceau d’éternité pour y habiter une case au bord de l’eau, transformée en bibliothèque, c’est faire une vie de prendre des habitudes, appliquer à la lettre l’expérience d’un Nicolas Bouvier — nous nous refusions tous les luxes, sauf le plus précieux, la lenteur — et expérimenter au plus loin de soi un quotidien ritualisé pour accueillir ce qui affleure des fantômes qui ont arpenté cet estran boueux entouré de figuiers, tamaris, hibiscus, palmiers et cocotiers.

    Le temps n’est pas réversible comme peut l’être l’espace, mais ce serait sans compter sur la puissance de la littérature qui permet de telles distorsions. Fidèle à l’humanisme de Montaigne (je n’enseigne pas, je raconte), ce roman irrigué par l’Histoire, attentif aux filiations patrilinéaires chères à l’auteur, décrit un voyage à rebours, prenant appui, au long de deux lignes furieusement parallèles, l’anglaise et la française, et dans un désordre chronologique revendiqué, sur les itinéraires remarquables d’écrivains contemplateurs, tour à tour explorateurs (Cook, Bougainville), naturaliste (Darwin), photographe (Gustave Viaud), diplomate (Loti), médecin (Segalen), aventurier (Stevenson), marin (Melville), peintre (Gauguin), cinéaste (Murnau) ou mercenaire (Christian Fletcher).
    Tous ont en commun d’avoir découvert, traversé, aimé la Polynésie. Tous ont documenté cette inquiétude toujours vive sur notre degré d’existence, quand, relégué au rôle de déplacé, d’inconnu, d’étranger, d’hôte, d’ermite ou de vagabond, se déploie devant les yeux du voyageur l’abîme vertigineux d’un espace infini de méditation.

    Le moteur du voyage c’est la curiosité, ce qui récompense la curiosité c’est la surprise. Nous pourrions remplacer, dans cette maxime de l’auteur, le mot voyage par le mot lecture qui aiguise les mêmes appétits. Et Deville sait depuis longtemps comment rassasier notre goût du déplacement.

    L’ailleurs est un miroir en négatif. Le voyageur y reconnaît le peu qui lui appartient, et découvre tout ce qu’il n’a pas eu, et qu’il n’aura pas.
    Italo Calvino, Les villes invisibles (rapporté par Serge Airoldi dans Si moi aussi j’oublie ton île, Editions de l’Antilope, 2021)

    Le voyageur… ma foi, on ne saisit pas très bien les motifs qui le poussent, ni quels services il peut rendre. Il est, vice rédhibitoire, une source continuelle de perplexité. Sa place est partout et nulle part. il vit d’instants volés, de reflets et de miettes. Voici ces miettes. J’en ai ramassé beaucoup sous la table.
    Nicolas Bouvier, Japon, éditions Rencontre - L'Atlas des Voyages, Lausanne, 1967


  • par (Libraire)
    16 septembre 2021

    Le nouvel opus du projet " Abracadabra ", véritable tour du monde entamé en 2004 par l'écrivain voyageur Patrick Deville, nous emmène en Polynésie.

    De Papeete aux Marquises, des expéditions de Bougainville aux parcours artistiques de Loti et Gauguin, du colonialisme aux essais nucléaires, Deville nous conte ce bout du monde et c'est fascinant. D'où le principal risque lié à ces pages : l'éveil de nombreux autres désirs de lectures (précédents volumes d'"Abracadabra", Melville, London, Segalen, etc.) !


  • par (Libraire)
    6 septembre 2021

    La Polynésie fait rêver , mais connait - on son histoire ? Entre douceur et violence, inspiration pour les artistes, aventure pour les navigateurs, enjeu pour les grandes puissances, DEVILLE nous promène et nous fait découvrir ces îles.
    Un pur régal !

    Anne, libraire Charlemagne TOULON


  • par (Libraire)
    2 septembre 2021

    Pour les envies de voyage...

    Qui n’a jamais rêvé d’un voyage à Tahiti, en Polynésie?

    La Polynésie fascine, ensorcelle. Avec ce livre, on la découvre racontée de bien des façons : il y a Gauguin le peintre, il y a Stevenson, Loti, les écrivains et tant d’autres aussi…
    Il y a ces îles qui parsèment l’océan, terrain de jeu du nucléaire dans les années 50.

    Un roman hommage à ces territoires ainsi qu’à la culture polynésienne que les artistes, romanciers, poètes et grands voyageurs n’auront finalement qu’effleuré….


  • par (Libraire)
    24 août 2021

    Coup de coeur d'Amelie

    Patrick Deville nous balade en Polynésie Française, archipel lointain, pour décrypter la fondation du Mythe tahiti. On y croise les traces de Loti, de Melville, de Gauguin, de London et tant d'autres. On sillonne les lagons, les hautes montagnes, les passes et les cascades sous la chaleur tropicale de l'océan Pacifique. Ce livre est magnifique, à la hauteur de la beauté des îles décrites.


  • Un nouveau très beau roman sans fiction où tout est réel

    "Dans la continuité de son projet littéraire « Abracadabra », dans lequel on a lu et apprécié « Peste et choléra »,
    « Amaziona », « Taba-Taba » …Patrick Deville nous emmène cette fois-ci en Polynésie, plus particulièrement à Fenua. Autour d’histoires, de rencontres et de voyages, on va croiser Bougainville, Stevenson, Melville, Loti, et Segalen. Mais le fil rouge est sans doute les tableaux de Gauguin, ces tableaux qui nous permettent de développer notre imaginaire de ces îles merveilleuses, à la fois symbole de douceur et de sauvagerie.
    Un nouveau très beau roman sans fiction où tout est réel, tout est vérifiable.