Conseils de lecture

Salina, Les trois exils

Les trois exils

Actes Sud

6,90
par (Libraire)
18 novembre 2020

Conseillé par Marie-Blanche

L'histoire de Salina, la femme aux trois exils, nous est racontée par son dernier fils et c'est tout un univers complexe et lumineux qui nous est livré au fil des pages.
Salina, héroïne sublime, forte et fragile, est toutes les femmes, toutes les amoureuses, toutes les filles, toutes les mères et leurs combats; et ses exils sont tous les exils et leurs douleurs et leurs conquêtes.
Le territoire en est imaginaire et le propos atemporel .
Tragédie grecque, épopée africaine, récit mythologique ...
Ce livre éblouissant est un chant puissamment rythmé et pénétrant qui nous traverse au physique et au mental, nous bouscule, nous questionne et ses images résonnent en nous à jamais aujourd'hui et maintenant .


Adoleschiante
25,50
par (Libraire)
17 novembre 2020

Conseillé par Amélie

Une petite pépite que cette BD. Je l’adore car elle parle aussi bien à l’ado qu’à la mère d’une ado.
Chacun en prend pour son grade. Cette BD sent le vécu et vous vous retrouverez forcément dans une des scènes.
Une BD qui fait du bien et permet de se sentir moins seul.
Indispensable ces temps-ci !


Carbone & Silicium
22,90
par (Libraire)
17 novembre 2020

Conseillé par Amélie

Belle BD SF, une ingénieur à l’origine de la conception de deux IA va s’attacher à eux au point de renoncer à leur installer une obsolescence programmée. Ces deux IA vont ainsi traverser les siècles les uns après les autres en se réincarnant successivement dans différents corps d’androïdes.
Désordre climatique, individualisme, ces robots cherchent avant toute chose à ne pas faire les mêmes erreurs que l’homme, à s’affirmer tel qu’ils sont et à rechercher le meilleur avenir qu’il leur est possible d’obtenir.
Carbone et Silicium nous entraine dans une romance inédite.
Un dessin qui appuie parfaitement ce conte philosophique.


Peau d'Homme
27,00
par (Libraire)
17 novembre 2020

Conseillé par Amélie

Une intrigue originale, cette jeune femme qui enfile une peau d’homme pour changer de genre et ainsi partir étudier les us et coutumes du mode de vie masculin.
Nous sommes au moyen-âge, mais la critique sociale faite dans cette BD est toujours d’actualité.
En tout cas, on rit, on s’interroge, on ouvre son esprit et pour finir on se sent bien.
Une très belle histoire d’amour et de tolérance.
Et le dessin accompagne parfaitement l’intrigue tout en mouvement perpétuel avec des pleines pages où l’action se déplace sur une seule et même case. J’ai adoré.


Radium Girls

Glénat BD

22,00
par (Libraire)
17 novembre 2020

Conseillé par Amélie

« Lip.Dip.Paint ». Trois petits mots, trois petits gestes qui auront causé la mort de centaines de femmes, exposées au radium dans leur travail de peinture à l’usine.
Lip : lissez avec la bouche la pointe du pinceau,
Dip : trempez le pinceau dans la peinture phosphorescente au radium
Paint : peignez les chiffres du cadran de l’horloge.
Inlassablement, toute la journée, celles que l’on appelait les « Ghost Girls » s’empoisonnent à petit feu au radium. La nuit tombée, elles brillent littéralement dans le noir, d’où leur surnom. Pour autant, même si les scientifiques, tous des hommes, sont protégés par des blouses, des masques, elles, ne le seront jamais. Alors elles tombent malades, les unes après les autres. Elles meurent, les unes après les autres, le corps rongé par le cancer, par le radium. Et quand elles osent porter plainte contre leur employeur, il nie tout.
Mais Edna Bolze, Katherine Schaub, Albina et Quinta Maggia et Grace Fryer ne le laisseront pas faire et feront tout ce qui est en leur pouvoir pour faire éclater la vérité et obtenir justice, à défaut d’obtenir la vie.
Cy nous fait découvrir ici l’histoire vraie, et souvent oubliée, de ces femmes qui, grâce à leur combat, ont aidé à améliorer les conditions de travail de milliers d’autres femmes. Le procès qui les a opposées à leur employeur fût décisif par la suite pour changer les lois sur les protections des travailleurs.
Un vrai bijou à ne pas manquer.