De l'Histoire plein les poches

De l'Histoire plein les poches

Avec la sortie récente du dernier livre de Ken Follett, c'est l'occasion peut-être de se pencher sur d'autres ouvrages qui, sans forcément être du même acabit, sauront vous plonger eux aussi dans l'Histoire et vous apporter de beaux moments de lecture. La liste est bien évidemment non exhaustive et ne comprend pas que des "pavés" de 1000 pages souvent inhérents au genre, si si : c'est possible !

La religion
10,00

« La Religion », c'est le nom que se donne l'ordre des Hospitaliers, mais c'est aussi la bannière sous laquelle se rallie parfois la folie des hommes. En 1565, claustrés sur leur petit archipel au sud de la Sicile, les chevaliers de Malte s'apprêtent à recevoir les furieux assauts de l'armée ottomane. À un contre cinq, les chrétiens tiennent le siège au prix de combats effroyables. Un déchaînement de violence dans lequel se trouve entraîné Mattias Tannhauser, un ancien janissaire qui a connu les deux camps. Pour les beaux yeux de la comtesse Carla La Penautier, le trafiquant d'armes et d'opium embarque pour l'enfer…

« Puissance hypnotique de l'intrigue, poésie de l'évocation, imagination cruelle et souriante. » Daniel Rondeau – Le Monde


La Chambre des dames
8,20

J amais le Moyen Age n’avait inspiré un tel roman, chronique chaude et familière d’une famille vivant au xiiie siècle, dans le royaume de Saint Louis. Jeanne Bourin y conte l’existence quotidienne des Brunel, orfèvres à Paris, surtout celle des femmes et, tout particulièrement, de deux d’entre elles : Mathilde, la mère, trente-quatre ans, et Florie, sa fille, quinze ans, qui se marie. Tout semble tranquille, assuré. Rien ne l’est, car une folle passion et des événements dramatiques vont ravager la vie des Brunel. Si l’intrigue est imaginaire, le cadre historique, lui, ne l’est pas. Une documentation rigoureuse donne au moindre détail une authenticité que Régine Pernoud, éminente médiéviste, s’est plu à confirmer dans sa préface : les Brunel vivent sous nos yeux comme on vivait en ce xiiie siècle rayonnant où l’on mêlait gaillardement vie charnelle et vie spirituelle. Et bien des idées reçues se voient battues en brèche. Grand Prix des lectrices de Elle , Prix des Maisons de la presse, La Chambre des Dames a fait l’objet d’un grand feuilleton télévisé sur TF1.


La Révolte

Le Livre de Poche

7,40

« Sa robe caresse le sol. À cet instant, nous sommes comme les pierres des voûtes, immobiles et sans souffle. Mais ce qui raidit mes frères, ce n’est pas l’indifférence, car ils sont habitués à ne pas être regardés ; ni non plus la solennité de l’entretien – tout ce qui touche à Aliénor est solennel. Non, ce qui nous fige, à cet instant-là, c’est sa voix. Car c’est d’une voix douce, pleine de menaces, que ma mère ordonne d’aller renverser notre père. »
En 1173, Aliénor d’Aquitaine pousse trois de ses enfants à la rébellion contre le roi d’Angleterre, son époux. La voici racontée par son fils, Richard Cœur de Lion, dans une œuvre pétrie de poésie et de cruauté. Un regard qui révèle deux personnages pleins d’amour, d’honneur et de violence et tiraillés par leurs passions – ambition, haine, loyauté.

Un drame shakespearien conté d’une écriture précise, assurée, affûtée. Claire Julliard, L’Obs.

Le détail est juste, le style est résolument contemporain. Un beau livre. Étienne de Montety, Le Figaro littéraire.

Le portrait d’une héroïne moderne. Laëtitia Favro, JDD.


Les Etoiles de Compostelle
8,60

XIIIᵉ siècle. Les «essarteurs» vous prenaient une forêt chenue et, en vingt ans, vous en faisaient un versant fertile. Jehan le Tonnerre était de ceux-là, sauvages et farouches comme des chevreuils, tenus en lisière par les gens des villages, quand la curiosité et la fatalité l'ont mené jusqu'au chantier de construction d'une abbaye cistercienne. Et le voilà bientôt enrôlé par les Compagnons constructeurs, ces «Enfants de Maître Jacques», mystérieux «Pédauques» dont il fera partie après une longue initiation. Vincenot se fait plus que le chroniqueur de cette singulière aventure, à la fois mystique et quotidienne, des bâtisseurs de cathédrales : «Ces gens, ces pays, ces édifices, je les ai vraiment vus, touchés, respirés avec les yeux, les mains, les poumons de Jehan le Tonnerre... J'ai pensé alors que j'étais le "retour" de Jehan le Tonnerre, à sept cents ans de distance, dans le cercle d'Abred...»


Je, François Villon
7,95

Il est peut-être né le jour de la mort de Jeanne d'Arc. On a pendu son père et supplicié sa mère. Il a étudié à l'université de Paris. Il a joui, menti, volé dès son plus jeune âge. Il a fréquenté les miséreux et les nantis, les curés, les assassins, les poètes et les rois. Aucun sentiment humain ne lui était étranger. Il a commis tous les actes qu'un homme peut commettre. Il a traversé comme un météore trente années de l'histoire de son temps. Il a ouvert cette voie somptueuse qu'emprunteront à sa suite tous les autres poètes : l'absolue liberté.

« Teulé réussit un portrait attachant, miraculeux même, puisque, à force de citer les poèmes du réprouvé, il délivre comme une urgence la prescription de le (re)lire. » Philippe-Jean Cattinchi – Le Monde des Livres