icone du menu burger icone de fermeture du menu burger
La nation, frontière du libéralisme - Libre-échangistes et protectionnistes Français 1786-1914
EAN13
9782271142801
Éditeur
"CNRS Éditions"
Date de publication
Collection
Histoire
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La nation, frontière du libéralisme - Libre-échangistes et protectionnistes Français 1786-1914

"CNRS Éditions"

Histoire

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782271142801
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    18.99
" Liberte au dedans, protection au dehors, tels sont les elements de la
regeneration. " C'est par cette formule lapidaire, qu'en 1814, a la chute de
l'Empereur, Louis Becquey, en charge de la politique commerciale de la France,
fixa un cap a la construction d'une nation batie sur le socle des richesses
materielles. Le protectionnisme etait devenu la ligne generale de la nation.
Il avait pris naissance dans un patriotisme revolutionnaire hostile a l'Ancien
Regime tente par le libre-echange. Reponse a la menace d'une hegemonie de
l'Angleterre, il appelait a " mobiliser les bras " et conjuguer sans
contradiction le culte de la liberte et celui de ses limites.
Loin d'etre un obstacle au liberalisme, la ligne de douane a longtemps dessine
l'espace dans lequel les manufacturiers accepterent de prendre les risques du
marche. Quand elle devint une entrave au developpement, l'État, convaincu
qu'il n'existait pas d'harmonie spontanee entre les interets prives et
l'interet general, la fit ceder au profit d'une ouverture sur le grand large.
La Troisieme Republique confondit d'abord le libre-echange avec les libertes
retrouvees. Mais, face a la menace du boulangisme et a celle d'une nouvelle
mondialisation, elle se rallia au " protectionnisme rationnel " de Jules
Meline, condition alors de la cohesion politique des Français et tranchee
profonde de la defense de la Republique.
S'identifier pour envoyer des commentaires.