icone du menu burger icone de fermeture du menu burger
Fidel Castro
EAN13
9782340071469
Éditeur
ELLIPSES
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Fidel Castro

Ellipses

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782340071469
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      336 pages

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    20.99

Autre version disponible

L'histoire a rarement produit des hommes de cette trempe et d'une telle
originalite. On a voulu faire de Fidel Castro un monstrueux dictateur tropical
au fond tres banal, mais sa vie, certes sans l'absoudre de tout reproche
puisque, comme le Prince de Machiavel, il dut ruser et sortir de la stricte
morale, nous conduit sur des chemins parfois tres inattendus.
Au royaume de l'utopie menacee de regresser vers l'État-caserne apres quelques
annees ou les cubains espererent un socialisme festif aussi naturel que les
palmes, Fidel ne cessa pourtant ni d'esperer vaincre la misere et l'ignorance
ni d'affirmer son independance. Malgre l'influence du bloc de l'est, il n'eut
jamais la servilite des chefs d'etats-satellites et, rescape de Moncada,
miracule du Granma, il oeuvra pour arracher l'Amerique latine, l'Asie et
l'Afrique a la malediction cinq fois seculaire de la colonisation.

À deux reprises, dans un elan quichottesque, ses troupes traverserent
l'Atlantique sur de vieux coucous pour combattre aux cotes des angolais sur le
continent qui fit naitre l'ile de Cuba. L'espagnol et galicien Castro devint
pour les africains un frere car c'est le combat qui fait l'homme noir et non
sa couleur.

Ses critiques font valoir d'autres arguments : la durete des combats menes,
l'ere post-communiste et ses renoncements, l'impitoyable corrosion du pouvoir
et une reelle rigidite ideologique firent plus qu'egratigner les espoirs des
cubains et son image.
Mais il semble qu'au soir de sa vie, retrouvant les racines de sa foi,
interpele par les combats pluriels de la multitude de l'empire global post-
colonial, la prise de conscience de ses aveuglements et de la propension de
l'homme a l'autodestruction, une nouvelle vision, plus critique, et ses
espoirs l'aient embrase. Faudrait-il pour gagner le monde non point perdre son
ame mais la gagner ?
S'identifier pour envoyer des commentaires.