icone du menu burger icone de fermeture du menu burger
Moi Cyrilia, gouvernante de Lafcadio Hearn, 1888. Un échange de paroles à Saint-Pierre de la Martinique
EAN13
9782356391773
Éditeur
Elytis Éditions
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Moi Cyrilia, gouvernante de Lafcadio Hearn

1888. Un échange de paroles à Saint-Pierre de la Martinique

Elytis Éditions

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782356391773
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Partage

      6 appareils

    10.99

  • Aide EAN13 : 9782356391773
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    10.99

  • Aide EAN13 : 9782356391773
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    10.99
Souvenirs de Martinique

"Cyrilia, j'ai dit bonjour ! - J'ai répondu, commère ! Et comment va ta vie ?
- Pas trop mal, grâce à Dieu ! Entre donc, ma fille ! Tu tiens bon ? - Sans
faiblesse, Cyrilia, et je ne te dis qu'une chose : honneur ! - La même chose
pour toi, ma sœur, et je te réponds : respect !"

Ainsi débute, dans cette Martinique de la fin du XIXe siècle, une conversation
entre Renélise Belhumeur, lavandière de son état et sa voisine Cyrilia
Magloire. Le sujet de ces bavardages ? Le séjour à Saint-Pierre d'un singulier
personnage, Lafcadio Hearn, journaliste passionné de culture créole, qui a
engagé Cyrilia comme gouvernante. Par la suite, devenue l'informatrice
privilégiée de celui qui disait vouloir tout connaître de la culture populaire
martiniquaise, elle se fera ethnographe avisée de sa propre culture.

Cet "échange de paroles" entre les deux commères, prend son origine dans les
souvenirs que l'écrivain Lafcadio Hearn - plus tard connu pour ses écrits sur
le Japon - a laissé de son séjour à Saint-Pierre de la Martinique, en 1888.
Véritable document ethnographique, ce livre est aussi un moment de pur bonheur
oratoire, l'écriture d'Ina Césaire restituant merveilleusement l'inventivité,
l'humour et la vigueur poétique de la langue créole.

Un récit riche en informations tel un document ethnographique

EXTRAIT

La barrière qui donnait sur la ruelle pavée, surplombée par la haute falaise
couverte de sapotilliers sauvages, grinça désagréablement, annonçant à Cyrilia
une visite inopinée. Occupée à nourrir ses quelques poules dans la courette de
sa maison, située sur la façade qui donnait sur la mer, elle interrompit sa
tâche en maugréant pour accueillir l’intrus qui se présentait chez elle à
cette heure matinale. Elle n’aimait guère être surprise au saut du lit, entre
le café de l’aube et sa promenade quotidienne le long de la plage qui
s’éclairait des lueurs du soleil levant.

A PROPOS DE L’AUTEUR

Ina Césaire, fille d’un père qui aura marqué la littérature du XXe siècle, est
née en Martinique en 1942. Ethnologue spécialisée dans l’étude des
littératures orales de la Caraïbe, elle a publié plusieurs ouvrages sur les
contes de la Martinique. A côté de ses travaux universitaires, elle est
également l’auteur de nombreux textes de fiction, romans, nouvelles et pièces
de théâtre.
S'identifier pour envoyer des commentaires.