icone du menu burger icone de fermeture du menu burger
American Gothic
EAN13
9782362790676
Éditeur
Alma Éditeur
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

American Gothic

Alma Éditeur

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782362790676
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    5.99

Autre version disponible

Hollywood vit les heures troubles du maccarthysme. Les enquêtes
s’entrecroisent autour d’un mystérieux auteur de contes et légendes urbaines
dont le succès populaire est immense. Xavier Mauméjean tire de ce patchwork
policier une évocation généreuse et vertigineuse des États-Unis à la conquête
de l’imaginaire mondial.

Jack L. Warner, le puissant patron de la Warner Bros veut damer le pion à son
rival Disney. Il décide d’adapter pour le grand écran Ma Mère l’Oie, un
recueil de contes, contines, anecdotes et légendes urbaines dont les
Américains raffolent, plus populaire que Moby Dick ou Le magicien d’Oz. Mais
nous sommes en 1953, à l’heure de la guerre de Corée et de la « chasse aux
sorcières », menée par le sénateur McCarthy.

Warner ordonne qu’on enquête sur l’auteur de Ma Mère l’Oie, un certain Daryl
Leyland. La mission est confiée à l’un des obscurs scénaristes qui attendent
leur heure dans les coulisses d’Hollywood : Jack Sawyer. À lui de « nettoyer »
la biographie de Leyland, rectifiant tout ce qui heurterait le conformisme
moral et politique. Ainsi s’ouvre le dossier Leyland. Par recoupements,
l’enquête croise témoignages, fiches, rapports, chansons, poèmes, saynètes...

American Gothic voyage à travers les États-Unis et son histoire à la recherche
de ce gamin de Chicago et du dessinateur Van Doren, tous deux, initiateurs
d’un imaginaire brut.

Xavier Mauméjean fait revivre la prodigieuse inventivité d’une jeune nation se
forgeant sa propre mythologie. Mais ce monde merveilleux de l’enfance toute-
puissante et de la naïveté géante révèle aussi la part sombre du rêve
américain. « Si tu ris, tu es un homme » enseigne Ma Mère l’Oie.

Mais le Nouveau Monde n’a-t-il pas perdu son innocence ?
S'identifier pour envoyer des commentaires.