icone du menu burger icone de fermeture du menu burger
Jean de Renaud, L’ingénieur militaire de François Ier
EAN13
9782381241609
Éditeur
youStory
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Jean de Renaud

L’ingénieur militaire de François Ier

youStory

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782381241609
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    4.49

Autre version disponible

Juillet 1494. Les murailles de Turin, Gènes, Florence, volent en éclats sous
la puissance des boulets métalliques de l’armée royale française. Il sera
désormais vital pour les défenseurs italiens de renforcer les murailles
d’enceinte des villes pour que ces boulets métalliques soient moins
destructeurs. En rupture avec l’architecture militaire médiévale, les
ingénieurs italiens, vont succéder aux maîtres-maçons et architectes pour
contrer efficacement les attaquants avec « le tracé à l’italienne ». Le
rempart médiéval traditionnel en maçonnerie est remplacé par un mur de terre
remparé dans lequel les boulets s’enfoncent dès lors sans causer de dégâts.
Des bastions, armés de canons, remplacent les tours pour interdire aux
pionniers l’accès au pied de l’enceinte et faire, à terme, disparaître les
échelles pour entrer dans une place. Ces deux innovations permettent de
rétablir un équilibre entre défenseurs et attaquants.

La rivalité constante entre les deux souverains, les plus puissants d’Europe,
François 1er et Charles Quint, va faire de Jean de Renaud un officier
d’artillerie, spécialisé dans l’attaque des places. De grandes dates marquent
la première partie de son parcours : 1515 : victoire de Marignan – 1524 :
invasion de la Provence – 1525 : défaite de Pavie.

Face à l’agressivité de l’empire germanique, François 1er se doit maintenant
de protéger impérativement les frontières du royaume. Le « tracé à l’italienne
» va présider à une réfection totale des places fortes stratégiques. C’est une
« ceinture de fer » que François Ier initie. A 40 ans, choisi par le roi de
France, Jean de Renaud va prendre une autre dimension en se consacrant
désormais à fortifier nos frontières. Il va multiplier les déplacements,
passant d’un chantier à l’autre, de la Picardie à la Provence. Il va mettre
son art au service de deux rois successifs, François Ier et Henri II, comme «
commissaire aux fortifications et réparations des places de frontières ». De
tous ses chantiers, son chef-d’œuvre est incontestablement Saint-Paul-de-Vence
où il se consacre à la fortification d’un site exceptionnel, resté
pratiquement en l’état.

Son rôle capital au siège historique de Metz en 1552, où Charles Quint subira
sa plus grande défaite, lui vaut d’être honoré par le roi et célébré par le
maréchal de Thou qui écrit dans ses mémoires, qu’il était « le plus grand
spécialiste des mines de son époque ». Philippe II ayant attaqué Saint-
Quentin, Jean de Renaud, en vieux capitaine fidèle à l’esprit provençal, où :
« chacun, dans ce péril extrême, se fait soldat depuis l’âge de 14 ans jusqu’à
60 », rejoint cette ville de Picardie. Retranché avec l’amiral de Coligny,
Ambroise Paré et moins de 2 000 hommes, il va résister désespérément pendant
trois semaines avant d’être blessé mortellement à 60 ans, après plus de 40 ans
au service du royaume de France.

Dans cette biographie, l’auteur nous fait découvrir dans sa réalité
opérationnelle au quotidien, le parcours du premier ingénieur militaire choisi
par François Ier pour construire « la ceinture de fer », étape tout à fait
remarquable en sites fortifiés sur les frontières du royaume. Ceinture
fortifiée que Vauban terminera, un siècle et demi plus tard, en « pré carré ».
S'identifier pour envoyer des commentaires.