icone du menu burger icone de fermeture du menu burger
Vies parallèles
EAN13
9782764647103
Éditeur
Éditions du Boréal
Date de publication
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Vies parallèles

Éditions du Boréal

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782764637104
    • Fichier PDF, avec Marquage en filigrane
    21.99

  • Aide EAN13 : 9782764647103
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    21.99

Autre version disponible

Le protagoniste de ce roman se nomme Benoît Côté. Il est banquier, courtier
grade 2, coordonnateur des clients intermédiaires en Europe de l’Est, surtout
en Russie, à la HSBCQ. Il est l’exemple parfait de ces Québécois
quarantenaires, affairistes, ambitieux, hédonistes, comme il y en a tant
depuis que la nouvelle république est devenue un paradis fiscal. C’est entre
deux red-eyes Montréal–Saint-Pétersbourg qu’il rencontre par hasard Mathieu
Rancourt, un compagnon de ses années d’études qu’il n’avait pas revu depuis.
Mathieu est président d’une confidentielle Société d’histoire du Québec et, à
deux ans du vingt-cinquième anniversaire de la victoire du Oui au référendum
de 1995, il fait à Benoît une proposition étonnante, invitant celui-ci à
écrire, pour la feuille de chou de sa société, un texte autour de la question
suivante : que serait devenu le Québec si, par un accident de l’histoire tout
à fait improbable, le Non l’avait emporté en 1995? Benoît osera-t-il accepter?
Une telle entreprise ne risquerait-elle pas de faire ressurgir des souvenirs
qu’il préférerait oublier? Il finira par se laisser convaincre et se lancera
dans une vaste enquête qui l’amènera à interroger tout un éventail de
personnalités, allant de Jean Chrétien à Richard Desjardins, acteurs ou
témoins du grand tournant qu’a marqué l’avènement à la souveraineté. À partir
de cette prémisse, Benoît Côté construit une uchronie pleine d’extravagance
sur un Québec indépendant. Encore une fois, avec un pied dans « la grande
histoire » et l’autre dans la fiction, il nous donne un roman doux-amer,
couché dans une langue toujours proche du vernaculaire, où la poésie affleure
au milieu d’un humour un rien déjanté. Et si cette histoire du Québec devenu
pays n’était qu’un prétexte pour un examen en profondeur de notre fidélité
envers nos idéaux, nos projets de vie, nos engagements? À quel point
l’héritage reçu de nos ancêtres fait-il de nous ce que nous sommes? À quel
point y tenons-nous? Qui serions-nous si la vie avait été différente?

*[xxe]: 20e siècle
S'identifier pour envoyer des commentaires.