Nuit et brouillard, Histoire des prisonniers du camp de Natzweiler-Struthof
EAN13
9782871068181
Éditeur
Le Cri
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Nuit et brouillard

Histoire des prisonniers du camp de Natzweiler-Struthof

Le Cri

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782871068181
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    12.99

  • Aide EAN13 : 9782871068181
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Partage

      6 appareils

    12.99
«(…) Ce livre doit être chaudement recommandé à tous ceux qui, au-delà de
l’odyssée d’un prisonnier magistralement écrite, cherchent également à
comprendre ce qu’il advenait des prisonniers disparus en Allemagne au cours de
la Seconde Guerre mondiale…» (Björn Egge, le quotidien Arbeiderbladet). Au
cours de la Seconde Guerre mondiale, de trop nombreux hommes ont été
arbitrairement internés dans le camp de concentration de Natzweiler-Struthof
en application du décret « Nuit et Brouillard ». Exception faite des Juifs,
aucun prisonnier n’a été traité de façon aussi brutale que ces prisonniers «
Nuit et Brouillard ». Un travail inhumain était censé les faire disparaître et
personne ne devait connaître leur sort. L’auteur, qui a lui-même été
prisonnier NN, allie témoignages et documents, détails et approche d’ensemble
pour décrire à la fois l’existence de tous les prisonniers et celle de chacun
d’entre eux.
La même question se pose toujours : comment peut-on revenir à une vie normale
après toutes ces épreuves ? Ou encore, plus simplement : comment peut-on
survivre à 12 ou 14 heures par jour de travail inhumain et absurde dans des
carrières, exposé au manque de nourriture, aux mauvais traitements, aux
humiliations, au froid, au sommeil insuffisant, à l'absence d'hygiène et à des
transports sans fin dans des wagons à bestiaux, sans jamais savoir de quoi le
lendemain sera fait ?
(Traduit du norvégien par Elisabeth et Christine Eydoux.)

À PROPOS DE L'AUTEUR

Christian Ottosen est né à Solund en 1921, dans l’ouest de la Norvège. De 1940
à 1942, il travaille pour le mouvement de résistance Theta, à Bergen. Arrêté
par la Gestapo en 1942, il devient prisonnier NN et, jusqu’à la fin de la
guerre, est interné dans différents camps de concentration d’Allemagne :
Sachsenhausen, Natzweiler-Struthof, Dachau, Ottobrunn, Dautmergen, Vaihingen
et Neuengamme. Après la libération, en 1945, il achève ses études et occupe
ensuite divers postes clefs, qui vont de celui de président du Conseil
national de la jeunesse et du Conseil national d’attribution des bourses à
ceux de la direction du Comité de la formation supérieure nommé par les
pouvoirs publics « comité Ottosen » et de la présidence du conseil
d’administration de l’Office de la radio et télévision nationales…
S'identifier pour envoyer des commentaires.