N’yũhũ, les Indiens Otomis, Hiérarchie sociale et tradition dans le Sud de la Huasteca
Éditeur
Centro de estudios mexicanos y centroamericanos
Date de publication
Collection
Études mésoaméricaines
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

N’yũhũ, les Indiens Otomis

Hiérarchie sociale et tradition dans le Sud de la Huasteca

Centro de estudios mexicanos y centroamericanos

Études mésoaméricaines

Offres

  • AideEAN13 : 9782821865150
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    2.49
Cet ouvrage se présente comme une introduction a l'étude des communautés otomis du Sud de la Huasteca, dont l'ethnographie restait a faire. Un travail ultérieur sera consacré a l'analyse approfondie des représentations religieuses et de la fonction sociale des rituels. Peut-on parler aujourd'hui d'une entité culturelle otomi, a l'heure ou le sort des communautés paysannes (indiennes ou non) apparaît davantage dépendant du développement national mexicain et de la politique de l'Etat ? C'est par l'affirmative que répond l'auteur en montrant comment le processus de hiérarchisation sociale a l'intérieur des communautés parvient a coexister avec la tradition otomi, dont l'ouvrage retrace en détail les multiples aspects. A travers quelques exemples précis, on suivra les voies par lesquelles certains éléments de tradition (techniques, rituels ou mythiques) connaissent un mouvement de recul, d'extinction, mais parfois aussi de résurgence, souvent inattendu. Des institutions, telles que le systeme de parenté ou l'organisation des charges, des pratiques (techniques, thérapeutiques, etc.) seront étudiées de pair avec l'ordre des représentations qui les sous-tend, et auguel elles sont indissolublement liées. De cette façon sera éclairé le rôle éminent de la pensée symbolique dans les rapports sociaux communautaires. C'est en ce sens que l'on pourra alors parler de l'identité culturelle des communautés otomis, meme si leurs membres entretiennent une relation conflictuelle avec leur propre tradition. La premiere partie sera consacrée a l'analyse de l'organisation communautaire et a ses transformations, au niveau de l'habitat, des formes de pouvoir, et des groupes domestiques. Dans la seconde partie, seront décrites les techniques traditionnelles et les pratiques agraires, en relation avec le processus d'intégration inégalitaire des communautés otomis au marché national. Enfin, la troisième partie définira quelques éléments préliminaires d'une "anthropologie" otomi, à travers l'examen des pratiques symboliques autour de la naissance, la maladie et la mort, gráce auxquels l'idéologie communautaire se dévoile dans les moments d'intense crise sociale.
S'identifier pour envoyer des commentaires.