Le fleuve sans rives
EAN13
9782370551412
ISBN
978-2-37055-141-2
Éditeur
Le Tripode
Date de publication
Nombre de pages
311
Dimensions
20 x 15 x 2 cm
Poids
442 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le fleuve sans rives

De

Traduit par

Le Tripode

Offres

LE LIVRE
" Chacun essaie d'entrer sans succès, comme dans un rêve, dans son propre fleuve. " Celui de Juan José Saer, qui occupe toute son œuvre, et ce livre plus particulièrement, est le Río de la Plata. Le Fleuve sans rives, seul texte de commande que Saer ait accepté d'un éditeur, n'est ni un roman, ni un essai historique, ni un récit de voyage. Mise en abyme de la création et quête impossible de l'identité, ce texte " hybride sans genre défini " comme il le présente lui-même, est à mi-chemin entre le Méditerranée de Braudel et le Danube de Claudio Magris. Il est à l'image du sous-titre du livre, amputé lors de sa première édition (Julliard, 1991) et que nous souhaitions rétablir : un Traité imaginaire.
À travers quatre chapitres (" Été ", " Automne ", " Hiver ", " Printemps "), Saer cherche à retrouver, entre ses souvenirs personnels et l'érudition qui le caractérise, entre son exigence narrative qui fait son génie et le discours scientifique, ce qu'est et ce que fut la région du Río de la Plata, son histoire, sa culture, sa civilisation. Saer, exilé en France depuis 1968, revient sur ses terres et en dresse un portrait qui ne manque pas d'être satirique, spirituel, onirique. De la création de Buenos Aires et de la grande découverte de l'altérité à partir du XVIe siècle jusqu'à la dictature argentine, l'exil et le paysage postindustriel contemporains, deux figures sont ici célébrées : le Río de la Plata et la littérature comme rapport au monde.
EXTRAIT
" Un lieu est toujours plus riche que les injustices, les humiliations et les violences qu'il a connues, et c'est précisément une telle richesse qui rend ces dernières intolérables. C'est pourquoi, dans ce livre, on trouvera un peu de tout, comme lorsque ouvrant le tiroir d'un vieux meuble, nous découvrons, pêle-mêle, des souvenirs liés au plaisir aussi bien qu'au chagrin. Disons qu'ayant été chargé de fabriquer un objet significatif, j'ouvre le tiroir, je le renverse sur la table et me mets à chercher, puis à examiner les souvenirs les plus évocateurs, afin de les organiser ensuite selon un ordre approprié qui ne soit ni celui du reportage, ni celui du traité, ni celui de l'autobiographie, mais celui qui me paraît le plus conforme à mon sentiment et à mes goûts artistiques : un hybride sans genre défini. "Prix Nadal, 1987.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Juan José Saer