La Confrérie Saint-Etienne, Alsace
EAN13
9782915814217
ISBN
978-2-915814-21-7
Éditeur
REBER
Nombre de pages
300
Dimensions
32 x 22 cm
Poids
1700 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

La Confrérie Saint-Etienne

Alsace

Reber

Offres

Préface du Grand Maître
La Confrérie Saint-Etienne des vins d'Alsace est sur le chemin de l'éternité malgré son existence parfois chaotique marquée par les événements de l'Histoire :
Son grand-maître n'en est qu'un élément éphémère qui n'a pour charge que de la faire vivre un instant et de la transmettre en meilleur état au suivant. Son engagement doit être très fort et sa modestie doit l'animer au quotidien, mais c'est sa foi qui fera vivre la confraternité et la conduira à se développer dans le seul intérêt des vins d'Alsace.
Cette confraternité qui naguère ne s'exprimait que par des artisans du vin persuadés de détenir seuls la science de leur production a été intelligemment étendue aux non professionnels peu avant la fm du siècle dernier. La fm des années 90 apportait en effet par leur entremise une ouverture d'esprit, une culture différente, une vi-sion extérieure comportant la nécessité de se remettre en cause et de rechercher la modernité par l'innovation. L'évolution même du château construit par Lazare de Schwendi correspond non seulement à son adaptation nécessaire aux normes réglementaires actuelles mais aussi à son développement économique et culturel dans une société en mouvement constant. Il devient ainsi le point central du rayonnement des vins d'Alsace non seulement en France mais surtout dans le monde entier. Bientôt ce seront plus de dix délégations qui de l'Europe aux Etats Unis constitueront les pôles de développement des Vins d'Alsace dans le Monde. C'est là l'essentiel de ce qu'à l'avenir il conviendra encore de développer pour tisser une toile de centres d'initiation, de perfec-tionnement et de meilleure connaissance de nos vins.
L'évolution des saveurs et de leur perception par les hommes constituera aussi un important enjeu pour la Confrérie. Jadis on buvait le vin comme un breuvage commun. Aujourd'hui on déguste le vin en cherchant à l'occasion des repas les accords parfaits entre vins et mets. Ces développements spectaculaires élargissent in-contestablement les domaines des sciences du vin et conduisent les producteurs à innover dans leurs tech-niques. Il y a lieu pour nous d'accompagner avec force cet élan. Dans le même sens, la Confrérie est devenue un site incontournable non seulement de la conservation des vins d'Alsace pour en assurer la riche histoire mais aussi et peut être surtout le siège de dégustations éclairées, de confrontations d'opinions différentes et d'ouvertures aux autres et en particulier aux enseignants et universitaires du vin et aux chefs de la gastronomie avec lesquels notamment par le truchement des oenologues et des sommeliers, les échanges s'intensifient chaque jour. Il apparait aujourd'hui que la confraternité soit aussi le moyen idéal pour affronter l'adversité qui ne résulte plus de la concurrence commerciale admise par tous mais celui de combattre le nivellement par le bas voulu par certains dont l'objectif est de gommer les différences pour élargir le spectre des ventes. Ainsi avons-nous mille fois raison de donner toute leur plénitude à tous nos cépages qui constituent les richesses incommensurables de nos vins d'Alsace dont les structures intrinsèques, le terroir et les techniques de vinifi-cations spécifiques constituent en eux même les meilleurs atouts de comparaison avec les autres vins blancs du monde auxquels ils n'ont rien à envier.
La Confrérie Saint-Etienne au service des vins d'Alsace est également au service des viticulteurs et plus largement encore de toutes les professions du vin. Puissent toutes ces personnes comprendre non pas l'utilité mais l'impérieuse nécessité de cette très belle institution de bénévoles qui se tiennent aux côtés des organisations professionnelles du vin pour apporter leur vision faite de convivialité, de partage, d'émulation et de passion à la meilleure connaissance et à la dynamique du commerce, de leurs vins d'Alsace. Ensemble n'oublions jamais que chaque oenophile sait que le plaisir croit avec la connaissance et que les véritables satisfactions sont d'abord sensorielles puis intellectuelles, toutes les deux complémentaires.
Comme le dit si bien Pierre POUPON le mot « goût ne désigne pas seulement l'un des cinq sens. Il désigne aussi cette aptitude à discerner les belles choses et à savoir en jouir ». Le goût devient ainsi un sens de l'intel-ligence. Qu'il imprègne fortement les générations futures et qu'il soit un vecteur de bonheur et donc de paix.
Pascal Schultz, Grand Maître 2017
S'identifier pour envoyer des commentaires.