Ma double vie, précédé d'un extrait de Phèdre
Éditeur
Éditions des femmes-Antoinette Fouque
Date de publication
Collection
La Bibliothèque des voix
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Ma double vie

précédé d'un extrait de Phèdre

Éditions des femmes-Antoinette Fouque

La Bibliothèque des voix

Offres

  • Aide EAN13 : 3328140021424
    • Fichier MP3, libre d'utilisation
    16.99

Autre version disponible

« Je ne veux pas être actrice, m’écriai-je. — Tu ne sais pas ce que c’est !
dit ma tante. — Si ! si ! je sais que c’est Rachel ! — Tu connais Rachel ? dit
maman en se levant. — Oui, oui, elle est venue, elle a visité le couvent, on
l’a fait asseoir dans le jardin parce qu’elle ne pouvait plus respirer. Elle
était pâle, si pâle qu’elle me faisait de la peine ; et sœur Sainte-Apolline
m’a dit qu’elle faisait un métier qui la tuait, qu’elle était actrice. Et moi,
je ne veux pas être actrice ! Je ne veux pas ! » S. B. Parvenue au faîte de sa
carrière, Sarah Bernhardt (1844-1923) décide de rédiger ses mémoires. On y
découvre une femme moderne et d’une exceptionnelle indépendance d’esprit.
Comédienne dont les interprétations du répertoire classique sont restées
célèbres, elle crée sa propre compagnie en 1880 après avoir démissionné du
Français avec éclat. Artiste aux multiples talents – écriture, peinture,
sculpture – Sarah Bernhardt raconte comment elle dut s’affronter aux
contradictions d’une société qui, tout en désapprouvant la liberté avec
laquelle elle menait sa vie, était fascinée par ses excentricités et par son
génie.
S'identifier pour envoyer des commentaires.