Fils de la chance
Éditeur
Éditions des Équateurs
Date de publication
Collection
Littérature
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Fils de la chance

Éditions des Équateurs

Littérature

Offres

  • AideEAN13 : 9782849905777
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    13.99

Autre version disponible

"Je m’appelle Benjamin Le Meur. J’ai quarante-cinq ans. Je suis marié à une
jeune femme magnifique. J’ai trois beaux enfants. Je travaille dans la
publicité depuis deux décennies. Je suis en passe de devenir millionnaire.
Cette vie souriante s’apprête à basculer. Ou peut-être a-t-elle basculé depuis
longtemps ? Depuis mon enfance ? Depuis l’année 1977."   Ce basculement c’est
un cancer des cordes vocales diagnostiqué chez le narrateur alors qu’il est
dans l’essor et la réussite de sa vie. Mais cette maladie est l’occasion de
remonter  vers la genèse d’un secret de famille douloureux et trop enfoui.
Quelque chose qui ne passe pas. Que le temps ne peut digérer et effacer.
Retour dans les années 1970 où le narrateur convoque une vie de famille qui
n’est pas un long fleuve tranquille où il contractera une méfiance
indéfectible contre le monde adulte. La raison : il a été victime de sévices
de la part de son oncle paternel. La famille en sera informée mais le drame
étouffé par goût des convenances et de la respectabilité. À partir de là, la
vie du narrateur n’aura d’autres ambitions que de s’afficher "contre" le monde
adulte. Jeunesse chaotique, nihilisme, existence bringuebalée entre France et
Afrique du Sud mais intelligence supérieure de la vie. Il faut vivre en
quatrième vitesse pour chasser les vieux démons.  Benjamin Le Meur a en lui le
génie des affaires. Il se fait remarquer dans une société de télémarketing où
il apprend à être un menteur professionnel puis travaille dans une entreprise
de vente par correspondance et enfin devient l’associé d’une société de
conseil numérique, start-up qui lui garantit la fortune. Succès, fêtes,
alcools, euphorie, dépression, rien ne peut apaiser sa colère : "Je voulais
mourir, mon corps a répondu à l’appel…Aujourd’hui je me retrouve dans la
grotte de mes cauchemars."
S'identifier pour envoyer des commentaires.