Nora, Roman policier
Éditeur
Éditions Slatkine
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Nora

Roman policier

Éditions Slatkine

Offres

  • Aide EAN13 : 9782832109168
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    12.99

Autre version disponible

**Une nouvelle enquête pour la journaliste Helen Weber.**

À Lucerne, Helen Weber, jeune journaliste, s’intéresse à un meurtre commis sur
les hauteurs du Rigi.
La disparition de Paul Mutter ne surprend personne, étant donné le passé
trouble de ce trentenaire. Mais il va manquer à ceux qui l’ont aimé: Jackson,
le policier démis de ses fonctions, et Inana Santini, l’amoureuse discrète qui
tient boutique le long de la Reuss.
Ces protagonistes nous mènent vers un accident plus ancien et tout aussi
mystérieux : celui de la jeune Nora. Helen Weber enquête, rivalise d’astuces
pour élucider ce crime, nous promène dans la ville, croise des personnages
tous plus suspects les uns que les autres… Jackson suit Helen dans ses
recherches, surpris par les méthodes de cette jeune femme ambitieuse pour
trouver un coupable.
Non, Lucerne n’est pas une ville tranquille.

**Découvrez sans plus attendre cette enquête policière particulière et sombre,
dont le passé des personnages devient un élément clé pour résoudre l'énigme
d'une disparition.**

EXTRAIT

Une lune coupante et froide allume un versant du Pilate, point de mire de
toute la Suisse et au sommet duquel des touristes du monde entier peuvent
observer, à l’aide de lunettes grossissantes, l’entièreté de ce si petit pays.
En plein jour, on verrait le col ciselé de cette montagne, ses côtés escarpés,
les nuages qui se forment avant l’extrémité du pic. On observerait que toute
la face nord de ce roc projette son calme dans l’eau du lac des Quatre-
Cantons. Mais, sur ce ciel sombre, on n’aperçoit que le profil du Pilate. La
ligne pâle qui dessine sa silhouette brute, coupée en deux par l’eau du lac,
descend pour indiquer une ville, signalée par un petit bouquet de lumières. Il
fait chaud, c’est la nuit, et voici Lucerne. Et dans cette ville il y a Helen
Weber. Qui est assise, lasse, ou qui fait semblant de l’être, dans un fauteuil
de velours cordé, au milieu d’une aire qui ne fait pas plus de quinze mètres
carrés. Elle balance sa jambe par-dessus un des bras du fauteuil. On dirait un
scanner. Son mouvement est embarrassé, nerveux. Tension des derniers jours ?
Stress du scoop qu’elle ne parvient pas à décrocher ? Possible. Le journal qui
l’emploie attend qu’elle redresse (à elle seule) les ventes hebdomadaires.
Facile à dire ! Soixante-quinze mille habitants, presque jamais rien qui se
passe, sauf des mouvements de masse d’Américains ou de Japonais qui ne cessent
de bombarder la ville de clichés… Rien ? Pas tout à fait. Parfois, au bord de
la rivière, un jeune homme ou une très jeune femme meurt : ils font partie des
paumés qui tiennent lieu d’escadron à la Reuss, les yeux hagards, fixés sur
quelque chose connu d’eux seuls, une aiguille plantée dans une veine, des
résidus de came au fond d’une cuillère sale.

CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE

Une excellente surprise pour un récit parfaitement orchestré dans sa brièveté
et dans son ambiance trouble où l’émotion et les souvenirs de l’auteur
affleurent à chacune des pages de ce roman policier singulier. -
**_Bibliosurf_**

À PROPOS DE L'AUTEUR

Canado-suisse, **Louise Anne Bouchard** habite en Europe depuis vingt-cinq
ans. Photographe de formation, scénariste, elle a publié douze romans et de
nombreuses nouvelles. Elle a reçu le Prix Contrepoint de la Littérature
(Paris) en 1994 pour son roman, La Fureur.
S'identifier pour envoyer des commentaires.