À trottinette, Vers notre vie en 2050
Éditeur
Le Lys Bleu Éditions
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

À trottinette

Vers notre vie en 2050

Le Lys Bleu Éditions

Offres

  • AideEAN13 : 9782851136558
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    3.99

  • AideEAN13 : 9782851136558
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Partage

      6 appareils

    7.99

Autre version disponible

**L'avenir vous fait peur ? Laissez vagabonder votre esprit à travers ce livre
qui imagine une version positive de notre futur !**

Ce livre se veut léger, humble, et vrai. Comme de se déplacer à trottinette,
comme de laisser vagabonder sa pensée sur le chemin de la Hollande, et surtout
comme d’oser imaginer ce que sera notre vie quotidienne dans trente ans. Ce
livre est aussi un acte de résistance. Il est rare de lire ou d’entendre une
vision du futur autre que l’expression d’une dépression collective.
L’actualité quotidienne, les nationalismes et le populisme, le terrorisme et
le fanatisme… notre univers semble aller de mal en pire. Le monde était-il
donc mieux avant ? Courons-nous tout droit vers l’effondrement ?
Non car au-delà de cette actualité et de ces peurs se révèlent les tendances
de fond d’évolution positive de notre société. Le niveau et l’espérance de vie
progressent, comme l’accès à l’information dans le monde et, c’est le plus
important, les humains ont compris la clé qui va guider notre futur : LA
LIBERTÉ vis à vis du travail, de la religion, de l’argent, du pouvoir…
Chacune des huit étapes qui jalonnent ce périple à trottinette est l’occasion
d’imaginer l’avenir. Ces visions de demain sont parfois proches des
changements que nous commençons à connaître, parfois décalées, « utopiques »
diraient certains ? Tant mieux. Cela nous aide à visualiser un chemin
intéressant. Et possible.

**Le long d'une expédition à trottinette en huit étapes, cet essai vous
invite à visualiser l'avenir qui se prépare à partir d'une observation
minutieuse des actualités.**

EXTRAIT

Il n’empêche qu’en 2050, nous avons bien progressé, et partout dans le monde,
dans l’ingrédient numéro 1 à même de procurer du bonheur : la liberté. Moins
de conflits de pouvoir, moins de quête d’argent et de nécessité de travailler,
un corps en bonne santé… : que rêver de mieux ? Pourvu que cela serve un seul
but : être libre. Le bonheur est peut-être le simple résultat de la liberté,
résumait Ivan Jablonka dans son livre « en camping-car ». Adolescent dans les
années 1980, il n’aimait pas subir l’injonction « soyez-heureux, bordel » de
son père juif ayant connu la Shoah. Mais il vivait le bonheur de ces étés
ensoleillés dans la nature parce que le camping-car lui offrait… la liberté.
Chacun dispose aujourd’hui de beaucoup de liberté et de moyens pour être
heureux, mais on a aussi placé la barre du bonheur plus haut. De peur que
mener tranquillement sa vie conduise à la routine et à l’ennui, on rêve
d’atteindre des objectifs ambitieux. On veut par exemple réussir dans un
sport, apprendre à jouer un instrument de musique, ou plutôt « savoir jouer »,
et c’est là l’erreur : la recherche du but plutôt que le bonheur du chemin.
Nous recherchons émotions, sensations, frissons. Et heureusement, pas par des
expédients chimiques. Les « soma », ces pilules du bonheur du Meilleur des
mondes d’Aldous Huxley n’existent plus en 2050. Bouddha avait compris que la
recherche de sensations de plaisir constituait en fait la racine profonde de
la souffrance à venir. Pour atteindre un vrai bonheur, les hommes ont besoin
de ralentir la poursuite du plaisir, pas de l’accélérer. Bouddha nous
encourage à observer comment les sensations s’élèvent puis disparaissent. On
comprend alors que ces sensations sont éphémères et dénuées de sens. Quel est
l’intérêt de courir après quelque chose qui disparaît aussitôt qu’on
l’aperçoit ? 2050 n’est pas un paradis artificiel !

À PROPOS DE L'AUTEUR

**Jean-Baptiste De Gandt** est promoteur des mobilités douces, directeur de
l’association Le Grand Huit. Auparavant chasseur de têtes puis directeur des
Ressources Humaines, il a découvert un jour le bonheur de délaisser la
voiture, développant ainsi qualité de vie, relations de proximité, santé,
protection de l’environnement, simplicité et sourire.
S'identifier pour envoyer des commentaires.