Il sera mon fils, Roman fantasy
Éditeur
Publishroom
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Il sera mon fils

Roman fantasy

Publishroom

Offres

  • AideEAN13 : 9791023613124
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    3.99
**Alors que la vie s'écoule lentement de son corps, Martha est ramenée à la
vie par une ombre étrange qui n'a rien d'humain...**

Et si un jour, au tréfonds des enfers, le diable décidait qu’il ne voulait
plus se cacher sous terre ? S’il entreprenait de se faire connaitre des
humains, et d’en faire ses fidèles ? Et si, pour cela, il avait besoin de
l’aide d’une jeune femme, une simple mortelle qui signera de son sang un pacte
qui bouleversera son existence ?
Et si le diable avait un fils ?

**Découvrez le monde souterrain, dans lequel se côtoient des démons et les
hommes Conscients, gouvernés par le Seigneur de l'Enfer, et laissez-vous
embarquer dans les périples de Martha, à la destinée extraordinaire...**

EXTRAIT

Écrasée, étouffée, asphyxiée. Martha se retrouvait encore une fois dans ce
même cauchemar. L’obscure silhouette était toujours au rendez-vous, et
semblait plus déterminée que jamais à broyer la cage thoracique de la jeune
femme. Il était toujours impossible pour Martha de voir clairement à quoi
ressemblait l’intrus qui se tenait assis sur elle, pas plus qu’elle ne
distinguait en arrière-plan ce qui devait logiquement être sa chambre, où elle
s’était endormie, une éternité plus tôt. La douleur dans sa poitrine était
intense, presque insoutenable. Il lui semblait que ses côtes étaient lentement
broyées tandis que ses poumons cherchaient désespérément un peu d’air pour la
garder consciente.
C’est une sensation horrible que de se faire tuer, même dans un cauchemar.
C’était la troisième fois que Martha éprouvait cela en une journée. Elle ne
pouvait toujours rien faire pour se libérer du poids du monstre qui
l’oppressait. En réalité, la menaçante créature semblait liée à Martha par un
lien viscéral, que rien ne peut briser. C’était exactement comme si elle avait
toujours été là, dans l’ombre, attendant les moments de faiblesse de la jeune
femme pour frapper. En fait, Martha avait le sentiment profond que cette chose
obscure et effrayante était une partie d’elle-même, une partie haïe et
rejetée, mais essentielle, de son être, comme un organe cancéreux, qui nous
fait à la fois vivre et mourir.
S'identifier pour envoyer des commentaires.