Réserve de bois, Trafics et trahisons en Limousin
Éditeur
Geste Éditions
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Réserve de bois

Trafics et trahisons en Limousin

Geste Éditions

Offres

  • Vendu par Librairie Athenaeum
    AideEAN13 : 9791035308445
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    2.99

Autre version disponible

Une famille de réfugiés tchétchènes débarque à Limoges et capte l'attention de certains, tandis que le corps d'un étranger est retrouvé.
« La ZUP de l'Aurence étalait sa grisaille. Le soleil du début de l'aprèm avait fait place à la pluie. La température avait baissé de plusieurs degrés et les nuages étaient de plombs.
Lorsque les deux flics arrivèrent au carrefour, un attroupement leur indiqua le lieu exact de la découverte du corps. C'était au pied d'une des tours des Etoiles. La Sud, celle qui surplombait le carrefour, justement. »
Trafic de sans-papiers et appâts du gain se mêlent sur fond de corruption. Dans ce récit, un seul décor pour plusieurs mondes ; cette ville tranquille, paisible, nous semblerait presque accueillante.
Pénétrez dans la nuit limougeaude pour cette enquête passionnante !
EXTRAIT
Aziz règle la netteté. La scène lui saute au visage. Toute une famille, semble-t-il. Pas français. Même le chauffeur. C'est le premier à sortir de la bagnole. Un type trapu, costume sombre. De son poste d'observation, le garçon a du mal à donner une couleur au costume : marron foncé, bleu nuit ou noir. Pour le reste : cheveux courts ; malgré la peau brune, on distingue parfaitement une moustache fournie.
Une femme assez âgée semble avoir eu du mal à s'extraire du véhicule. Elle était devant, à côté du chauffeur moustachu. À présent, elle étire son vieux corps et un profond soupir, un bâillement peut-être, lui fait lever les bras au ciel, visiblement pas plus haut que le lampadaire qui éclaire la scène. Deux fillettes, dix et douze ans, tentent quelques pas timides sur la chaussée, rapidement rappelées à l'ordre, semble-t-il, par la vieille ou le chauffeur. Avec vivacité, elles contournent la bagnole et viennent se réfugier sous l'abri bus. Un jeune type, enfin l'âge d'Aziz à peu près, a ouvert la portière côté trottoir et sort.
Le chauffeur dit quelque chose, puis va à l'arrière de la bagnole et ouvre le coffre. Il sort deux valises, une dans chaque main, et apostrophe le jeune homme. Celui-ci prend les valises et les pose près du banc de l'abri. Puis il fait la même chose avec les deux ou trois paquets que lui tend l'autre.
Aziz Benhemria voit maintenant le chauffeur qui parle à tout le groupe rassemblé sous l'abri bus, sort une plaisanterie accueillie par des sourires crispés, remonte dans la vieille Mercedes et part au feu vert.
La famille (Aziz croit pouvoir dire que c'est une famille, mais où est le père ?) reste plantée sous l'abri en regardant disparaître ce qui semble être un taxi.
Il n'est pas idiot, tout ce petit monde est un peu en détresse, semble-t-il.
Trois choses lui viennent précisément à l'esprit.
D'abord, le taxi ne reviendra pas.
Il suppose ensuite que ces gens ne connaissent pas la ville, mais alors que les femmes affichent un air apeuré, le jeune homme regarde autour de lui avec intérêt.
Troisième chose : grâce à ses superbes jumelles, Aziz constate que ce jeune homme, ce garçon, est d'une beauté saisissante.
À PROPOS DE L'AUTEUR
Serge Vacher est ne´ et a passe´ son enfance dans la commune d'Eymoutiers pour ensuite mener une carrie`re d'instituteur a` Limoges. Passionne´ de romans noirs depuis les premiers San Antonio qu'il lit a` ses quinze ans, il animera une association « La Vache Qui Lit », qui a` travers un fanzine et diverses manifestations, s'inte´ressera a` la litte´rature policie`re.
Il publie un premier roman Les Coutures aux e´ditions Nikta en 2008 puis trois romans aux e´ditions Apre`s La Lune : Lo Cro do Diable, Le Ranch of Le´on et Le Blues de l'e´quarrisseur.
Il livre ici un roman, encore situe´ dans la re´gion Limousin, mais de´nonc¸ant cette fois-ci des exactions citadines. Serge Vacher est de´ce´de´ en Juillet 2013.
S'identifier pour envoyer des commentaires.