Pour l'amour d'une Allemande, Un si long détour
Éditeur
Geste Éditions
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Pour l'amour d'une Allemande

Un si long détour

Geste Éditions

Offres

  • AideEAN13 : 9791035308377
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    13.99

Autre version disponible

Leandre, fait prisonnier de guerre par l'armée allemande, cultive une haine féroce envers les Allemands, les Boches, les Schleus, jusqu'à ce que l'ironie du sort lui fasse vivre une histoire d'amour attachante et douloureuse avec l'une d'entre eux, Herta Wechner.
Les histoires d'amour entre soldats français et citoyens allemands sont peu traitées. À travers ce récit, Roger Albert conte les conséquences qui résultent d'un tel amour. L'armistice vient d'être signée le 22 juin à Rethondes entre les représentants du gouvernement du Maréchal Pétain et ceux du IIIe Reich vainqueur. Léandre Clergeaud pensait pouvoir rentrer chez lui en Vendée. Mais il est contraint de reprendre le train cette fois en direction de l'Allemagne. Sa haine pour les Allemands est plus forte que jamais, jusqu'au jour où il rencontre Herta.
Comment supporter de vivre un amour adultère avec une jeune fille issue du peuple qui nous a fait prisonnier ?
EXTRAIT
Le Boche mime avec délices, entre le pouce et l'index, l'insignifiance du soldat français.
— Herr lieutenant, réplique Léandre, dévoré par la haine face à l'arbitraire et à la morgue hautaine de l'Allemand, vous faites les malins aujourd'hui, insolents dans votre victoire, ne respectant pas les conventions de l'armistice, mais vous finirez bien par perdre la guerre quand votre dictateur Hitler, insatiable dans sa soif de conquêtes, connaîtra son Waterloo, comme notre Napoléon. Votre Führer, si l'envie lui prend un jour de s'attaquer à l'URSS, devrait méditer la fin de la Grande Armée dans l'hiver russe et les glaces de la Bérézina. Sans compter la puissance industrielle des États-Unis d'Amérique. Vous connaîtrez alors l'amertume de la défaite.
La rage contenue à grand peine ravage les traits du soldat Clergeaud, son visage devient cramoisi, ses yeux exorbités, s'il le pouvait, il écraserait cette race sauvage et fanatisée de la « Bochie » sous ses godillots cloutés.
L'officier de la Wehrmacht ne baigne sans doute pas dans la subtilité, mais il ne goûte guère la prophétie du Français Ses mots prémonitoires sont perçus comme une insulte à lui-même, à son Führer et à sa race. C'est la phrase de trop. Il sort son revolver et intime l'ordre à Léandre Clergeaud de mettre les mains en l'air. Le Boche sent la colère et le mépris envahir tout son être, il aurait envie d'écrabouiller cet instituteur de la République française, sans doute un socialiste imbu de mots et de discours, mais incapable de défendre son pays menacé. Il le pousse dehors où l'attend son ordonnance au volant d'un véhicule militaire stationné sur la petite rue Aimé-de-Hargues. Clergeaud a juste le temps de jeter ces paroles de désespoir à l'adjudant de gendarmerie :
— Dites à ma femme que je suis prisonnier des Allemands et qu'on m'emmène sans doute à leur Kommandantur. Prévenez aussi le maire pour qu'il fasse quelque chose, cette arrestation est complètement en dehors des règles de la guerre.
À PROPOS DE L'AUTEUR
Roger Albert est né à La Tardière en Vendée, en 1935. Soldat en Algérie en 1957 et 1958, c'est aujourd'hui un agriculteur retraité. Il a été président de la CAVAC, une importante coopérative agricole départementale polyvalente de 1971 à 1985 et maire de La Tardière de 1977 à 2001. Depuis sa retraite, il a écrit plusieurs ouvrages dont Carnets de route d'une soldat d'Algérie et Vent de galerne. Il a obtenu le Prix Charente 2010 au Refuge du Livre de Grasla pour l'ouvrage Fiers d'être paysans – La JAC en Vendée, écrit avec Gilles Bély, ancien journaliste à Ouest-France.
S'identifier pour envoyer des commentaires.