Palas et Chéri-Bibi, Nouvelles aventures de Chéri-Bibi I
Éditeur
La Gibecière à Mots
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Palas et Chéri-Bibi

Nouvelles aventures de Chéri-Bibi I

La Gibecière à Mots

Offres

  • AideEAN13 : 9782374636122
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    1.99
**Gaston Leroux** (1868-1927)

"Sur la grève embrasée, devant le flot redoutable où glissaient les requins
affamés, gardiens de sa prison, Palas était étendu. Le forçat semblait une
bête lasse au repos. Au fait, il avait profité de la « relâche » de dix heures
pour venir chercher là un peu de fraîcheur et de solitude, entre deux rochers
qui l’isolaient du reste du bagne. Ah ! s’isoler ! Ne plus entendre !... Ne
plus voir !... Ne plus penser !... Mais comment Palas eût-il fait pour ne plus
penser à ce qu’il avait vu le matin même ?... à ce qu’il avait été forcé de
voir ?...

Ce matin-là, il y avait eu double exécution !... un terrible exemple
nécessaire... de la bonne besogne pour Pernambouc, le bourreau du bagne, et
pour son aide : « Monsieur Désiré »... Horreur ! oh ! horreur !

Palas en frissonnait encore. C’était un corps encore jeune, plein de force et
de souplesse. Appuyé sur les coudes, le menton dans la coupe de ses mains, il
semblait faire quelque rêve impossible... Le large chapeau de paille jetait
son ombre sur l’ombre de son regard profond qui glissait vers les lointains
horizons. Ce que l’on apercevait de sa figure rase et de son profil était un
dessin ferme et plein de finesse. Malgré la puissante empreinte du bagne qui a
tôt fait de vieillir les plus jeunes, cet homme ne paraissait guère avoir plus
de quarante ans..."

Palas, un bagnard, qui clame son innocence, a de la chance d'être sous l'aile
protectrice de Chéri-Bibi, de retour au bagne par fatalité, car certains de
ses condisciples aimeraient bien lui faire passer le goût du pain... Chéri-
Bibi décide d'offrir la liberté à Palas...

A suivre : Fatalitas !
S'identifier pour envoyer des commentaires.