Jacquot sans oreilles
Éditeur
La Gibecière à Mots
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Jacquot sans oreilles

La Gibecière à Mots

Offres

  • AideEAN13 : 9782374636573
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    1.99
**Alexandre Dumas** (1802-1870)

"C’est l’histoire du piqueur d’un boyard, dernier représentant peut-être des
vieilles mœurs moscovites du temps de Pierre le Grand et de Biren, que je vais
vous raconter.

Il est vrai que, dans mon récit, il sera un peu plus question du maître et de
la maîtresse que du valet, et que mon histoire pourrait aussi bien s’appeler
la Princesse Varvara, ou le Prince Groubenski que Jacquot sans Oreilles ;
mais, que voulez-vous ! dans une époque où l’on s’occupe d’abord de chercher
le titre d’un roman ou d’un drame avant d’en chercher le sujet, et où la
meilleure partie d’un succès est dans le titre, Jacquot sans Oreilles me
paraît renfermer tout ce qu’il faut d’originalité pour éveiller la curiosité
de mes lecteurs.

Je m’en tiendrai donc à Jacquot sans Oreilles.

J’avais bien souvent entendu parler, à Saint-Pétersbourg, à Moscou et surtout
à Nijni-Novgorod, du prince Alexis-Ivanovitch Groubenski ; on citait de lui
des excentricités les plus incroyables ; mais ces excentricités, qui eussent
accusé l’humeur anglaise la mieux développée, étaient, même dans leur côté
bouffon, obscurcies par je ne sais quel nuage sinistre planant sur cette
existence étrange ; on sentait que, quoique à moitié effacée par le temps et
par les efforts de ceux qui avaient intérêt à la faire disparaître tout à
fait, il existait sur la vie du dernier des boyards, comme on l’appelait
généralement dans le gouvernement de Nijni-Novgorod, une de ces taches d’un
rouge sombre qui, pareilles à celles que l’on montre sur le parquet de la
galerie aux Cerfs de Fontainebleau et du cabinet royal à Blois, dénoncent le
sang versé.

Partout, on m’avait dit :

– Si, par hasard, vous vous arrêtez à Makarief, n’oubliez pas de visiter, en
face du couvent, de l’autre côté de la Volga, les ruines du château de
Groubenski. Surtout, ajoutait-on, n’oubliez pas de demander à voir la galerie
des portraits."

Le narrateur nous conte l'histoire du prince Groubenski, d'après les souvenirs
de son fidèle serviteur Jacquot sans oreilles : un prince riche, fou et
cruel... Mais quel est son horrible secret ?
S'identifier pour envoyer des commentaires.