Les Habits noirs, Les Habits noirs I
Éditeur
La Gibecière à Mots
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les Habits noirs

Les Habits noirs I

La Gibecière à Mots

Offres

  • AideEAN13 : 9782374636603
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    2.99
**Paul Féval** (1816-1887)

"Il y avait une fois, au petit pays de Guebwiller, en Alsace, une famille
Schwartz, qui était bien honnête, et qui fournissait des Alsaciens à l’univers
entier. Les Alsaciens sont généralement bien vus dans le monde, et la famille
Schwartz, soit sur commandes, soit d’office, plaçait ses petits avec faveur.
Faveur est un mot de terroir ; il se prononce vafeur et acquiert une très
suave harmonie en passant par une bouche sachant bien bârler le vranzais.

La famille Schwartz florissait donc, croissant et multipliant avec une
évangélique abondance, expédiant ses couvées à Paris, en province, à
l’étranger, et, nonobstant ses exportations continuelles, gardant toujours en
magasin un stock imposant de petits Schwartz et de petites Schwartzesses prêts
et prêtes pour l’emballage.

Pour le commerce, les sociétés chorales, la bière et l’accent, nul pays ne
peut rivaliser avec l’Alsace ! Un jeune Schwartz, conditionné avec soin et mûr
pour la conquête, résume en lui seul toutes les vertus du Savoyard, du
Provençal et de l’Auvergnat ; il possède la proverbiale économie du premier,
l’aplomb vainqueur du second et la chevaleresque délicatesse du troisième.
Aussi voyez : je vous mets au défi de trouver en Europe une cité de deux mille
âmes qui ne possède au moins un Schwartz !

En 1825, il y en avait deux à Caen : un commissaire de police aussi probe
qu’habile et un pâtissier suisse qui faisait honnêtement sa fortune. Cette
date de 1825, à Caen, et le mot commissaire de police vont mettre tout d’un
coup peut-être le lecteur sur la voie, et chacun devinera qu’il s’agit ici du
fameux procès Maynotte. Parmi les causes célèbres, l’affaire Maynotte est une
des plus curieuses et des moins connues.

Le 14 juin de cette même année 1825, un jeune Schwartz, un vrai Schwartz de
Guebwiller, arriva à Caen sur l’impériale de la diligence de Paris."

André Maynotte est victime d'une machination : il est accusé d'un vol et
condamné. Il perd son honneur mais aussi sa femme Julie. Ne serait-il pas la
victime de cette mystérieuse association de malfaiteurs, les "Habits noirs",
qui sévit un peu partout ?
S'identifier pour envoyer des commentaires.