L’épistémologie sociale, Une théorie sociale de la connaissance
Éditeur
Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
Date de publication
Collection
Raisons pratiques
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L’épistémologie sociale

Une théorie sociale de la connaissance

Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales

Raisons pratiques

Offres

  • AideEAN13 : 9782713230950
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    12.99

Autre version disponible

L'épistémologie sociale est une analyse de la dimension sociale de la
connaissance. Son point de départ est le constat que bien des phénomènes ne
nous sont connus que par l'intermédiaire des autres et donc que la
connaissance a non seulement des sources directes, celles auxquelles le sujet
a lui-même accès, mais aussi des sources indirectes reposant sur la confiance
ou sur l'autorité accordée à autrui. Elle s'intéresse donc aux conditions de
la transmission de l'information venant d'autrui, et aux relations de
confiance et d'autorité épistémiques, notamment dans le domaine des sciences.
Mais ses préoccupations sont plus larges et concernent tout ce qui a trait à
la dimension sociale de la connaissance: la construction, au cours
d'interactions, de justifications recevables ou acceptables; les modes
ordinaires de pensée et de raisonnement; ou encore les relations de
coopération et de collaboration dans une « communauté épistémique ». De plus
elle reprend des questions qui étaient au cœur de la théorie durkeimienne de
la connaissance, celle par exemple des croyances collectives, ou l'idée d'un
sujet collectif du savoir. Par là elle se rapproche des social studies of
science, tout en s'en distinguant par l'adoption d'un point de vue normatif et
par le refus du relativisme. Ce volume présente un ensemble de recherches
représentatives de ces différentes préoccupations. Elles ont en commun de
reconnaître la spécificité de l'idée de normes de la connaissance, et,
s'agissant de concevoir la dimension sociale de celle-ci, de se garder des
formes radicales de holisme, pour lesquelles les groupes sociaux sont des
entités sui generis.
S'identifier pour envoyer des commentaires.