Alexandre Ier
Éditeur
Flammarion
Date de publication
Collection
Grandes biographies
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Alexandre Ier

Flammarion

Grandes biographies

Offres

  • AideEAN13 : 9782080238764
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    17.99

  • AideEAN13 : 9782080238740
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    17.99

Autre version disponible

Du tsar Alexandre Ier, son éternel rival, Napoléon en exil disait : « Il peut
aller loin. Si je meurs ici, ce sera mon véritable héritier en Europe. »
Napoléon est bien mort à Sainte-Hélène, en 1821 ; mais Alexandre le suivit
dans la tombe dès 1825, à l’âge de quarante-huit ans. Et sa disparition
brutale, survenue dans des circonstances troublantes, ajouta encore au mystère
de celui que ses contemporains appelaient le « sphinx ». S’appuyant sur des
archives jusque-là négligées et sur des documents inédits, cette biographie
éclaire d’une lumière nouvelle le destin complexe d’Alexandre. Elle peint
l’enfance du grandduc, couvée et régie par sa grandmère, Catherine II ; elle
décrit son accession brutale au trône en 1801, à l’âge de vingt-trois ans ;
les débuts brillants de son règne ; et surtout son duel avec Napoléon, qui
culmine avec l’invasion de la Russie par la Grande Armée et l’incendie de
Moscou en 1812. Sur l’échiquier titanesque qu’est alors l’Europe, le jeune
tsar devient une pièce centrale. La gloire, pourtant, Alexandre en est las : à
mesure que les années passent, son salut le préoccupe toujours plus. Une
obsession qui prend d’étranges chemins, puisqu’il envoie à Rome, peu de temps
avant de mourir, un émissaire secret au pape Léon XII. L’enquête de sa
biographe montre que la tentation catholique a bien effleuré le tsar
Alexandre… Est-il vraiment mort, d’ailleurs, en 1825 ? Le doute subsiste…
S'identifier pour envoyer des commentaires.