Féminité singulière
Éditeur
Erès
Date de publication
Collection
Figures de la psychanalyse - livres
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Féminité singulière

Erès

Figures de la psychanalyse - livres

Offres

  • Aide EAN13 : 9782749267630
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    13.99

  • Aide EAN13 : 9782749267647
    • Fichier PDF, avec Marquage en filigrane
    13.99

Autre version disponible

Depuis toujours les discours ont construits des mythes universels du féminin.
Ils parlent de la femme qui n’existe pas, non de celles qui existent : nulle
femme n’est comme Ève sortie d’un homme, nulle n’a conçu comme Marie sans
semence. Ces figures universelles ont une fonction de symptômes, elles
soutiennent le système symbolique en inscrivant ses points d’impossible,
d’absurde, d’achoppement, elles ne disent rien des féminités. Le siècle
dernier a objecté massivement à la description freudienne d’un féminin
entièrement dépendant d’une grammaire phallique où il s’inscrit en défaut au
regard d’un genre masculin en excès. Et il a objecté également à la loi
sexuelle entre un genre qui a et l’autre qui est, dont Lacan a fait remarquer
qu’il y avait là non pas un rapport sexuel mais un rapport de deux sexes. Les
femmes ont intégré les discours, comme sujets de parole, ce qui est désormais
le seul universel reconnu, les deux sexes sont maintenant assemblés dans les
discours. Il reste qu’une féminité comme telle ne dépend pas du discours
universel, elle se définit ailleurs, en plus, autrement, elle se déploie une
par une, elle est unaire ou singulière. Que peut avoir de commun, par exemple,
Thérèse d’Avila au xvie siècle, la sainte de la Contre-Réforme, livrant ses
extases en Dieu, avec Lady Chatterley au début du siècle dernier, où s’écrit
avec précision comment boîte ce qu’on appelle le rapport sexuel ? Comment
saisir ce qui ne se manifeste que hors discours ? Pourtant ledit continent
noir n’est pas l’Afrique mais se situe tout près des discours, où les
féminités interviennent du dehors, une par une, pour tresser l’amour
autrement, animer les causes du désir, les jouissances qu’ils distribuent.
S'identifier pour envoyer des commentaires.