Le fils du forçat
Éditeur
La Gibecière à Mots
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le fils du forçat

La Gibecière à Mots

Offres

  • AideEAN13 : 9782374637693
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    1.99
**Alexandre Dumas** (1802-1870)

"En ce temps-là Marseille avait une banlieue pittoresque et romantique, et
point, comme aujourd’hui une banlieue verdoyante et fleurie.

Du haut de la montagne de Notre-Dame de la Garde, il était aussi facile de
compter les maisons égrenées dans la plaine et sur les collines, qu’il l’était
de nombrer les navires et les tartanes qui diapraient de leurs voiles blanches
et rouges l’immense nappe bleue qui s’étend jusqu’à l’horizon : nulle de ces
maisons, à l’exception peut-être de celles qui avaient été bâties aux rives de
l’Huveaune, sur les ruines de ce château de Belle Ombre, qu’habitait la
petite-fille de Mme de Sévigné, nulle de celles-là n’avait à s’enorgueillir
encore de ces majestueux platanes, de ces charmants bosquets de lauriers, de
tamaris, de fusains, d’arbres exotiques et indigènes qui dérobent à présent,
sous les masses de leurs feuillages pleins d’ombre, les toits des innombrables
villas marseillaises ; c’est que la Durance n’avait point encore passé par là,
couru dans ces vallons, escaladé ces collines, fertilisé ces rochers.

Alors tout Marseillais qui tenait à raviver ses fleurs lorsque leurs feuilles,
flétries par l’action torride d’un soleil d’août, se penchaient vers la terre,
devait, comme à bord d’un navire en pleine traversée, comme M. de Jussieu le
fit pour son cèdre, prendre sur la part réservée à son estomac, pour donner
l’aumône de quelques gouttes d’eau à la pauvre plante."

Marseille. M. Coumbes n'a qu'une passion : s'occuper de son cabanon et de ses
deux arpents de terre. Il vit tranquillement avec sa bonne Millette, et
Marius, le fils de celle-ci. Millette a été autrefois sauvée d'une mort
certaine (son mari, alcoolique et violent, voulait la pendre) par M. Coumbes.
Il voit d'un mauvais oeil l'arrivée d'un voisin, M. Riouffe, qui décide de
construire un chalet ; les deux jardins sont mitoyens... Les hostilités sont
engagées...
S'identifier pour envoyer des commentaires.