Le maître de la lumière
Éditeur
La Gibecière à Mots
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le maître de la lumière

La Gibecière à Mots

Offres

  • AideEAN13 : 9782374637853
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    2.49
**Maurice Renard** (1875-1939)

"Cette histoire extraordinaire commence très ordinairement.

À la fin du mois de septembre 1929, le jeune historien Charles Christiani
résolut d’aller passer quelques jours à La Rochelle. Spécialisé dans l’étude
de la Restauration et du règne de Louis-Philippe, il avait déjà publié, à
cette époque, un petit livre très remarqué sur Les Quatre Sergents de La
Rochelle ; il en préparait un autre sur le même sujet et estimait nécessaire
de retourner sur place, pour y consulter certains documents.

Il nous a paru sans intérêt de rechercher pourquoi la famille Christiani était
déjà rentrée à Paris, rue de Tournon, à une époque de l’année où les heureux
de ce monde sont encore aux bains de mer, en voyage, à la campagne. L’automne
se montrait morose, et ce fut, croyons-nous, la seule raison de ce retour un
peu prématuré. Car Mme Christiani, sa fille et son fils ne manquaient pas des
moyens de mener l’existence la plus large, et disposaient des gîtes champêtres
où l’on goûte un repos plus ou moins mouvementé. Deux belles propriétés
familiales, en effet, s’offraient à leur choix : le vieux château de Silaz en
Savoie, qu’ils délaissaient complètement, et une agréable maison de campagne
située près de Meaux ; c’est là qu’ils avaient passé tout l’été.

Au moment où nous sommes, le noble et spacieux appartement de la rue de
Tournon abritait, en les Christiani, trois êtres parfaitement unis : Mme
Louise Christiani, née Bernardi, cinquante ans, veuve d’Adrien Christiani,
mort pour la France en 1915 ; son fils Charles, vingt-six ans ; Colomba, sa
fille, moins de vingt ans, charmante, à qui nous devons l’adjonction d’un
quatrième personnage : Bertrand Valois, le benjamin de nos auteurs
dramatiques, le plus heureux fiancé sur le globe terrestre."

Charles Christiani fait la connaissance, par hasard, de Rita et tombe
amoureux. Mais il déchante lorsqu'il apprend que Rita s'appelle Ortofieri...
Les Christiani et les Ortofieri sont deux familles corses se vouant une haine
: César Christiani a été assassiné par Fabius Ortofieri, un siècle plutôt.
Mais il n'y avait aucune preuve de sa culpabilité... Charles fait une étrange
découverte qui pourrait bien apporter la vérité...
S'identifier pour envoyer des commentaires.