Quito inattendu, Le centre historique en devenir
Éditeur
CNRS Éditions via OpenEdition
Date de publication
Collection
Espaces et milieux
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Quito inattendu

Le centre historique en devenir

CNRS Éditions via OpenEdition

Espaces et milieux

Offres

  • AideEAN13 : 9782271128126
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    12.99
L’idée qu’on se fait généralement de Quito, capitale de l’Équateur se réfère à
une ville hispano-américaine de haute montagne, dont le patrimoine urbain est
exceptionnel : rien de plus. Or ce patrimoine est aussi le centre d’une
métropole actuelle. Sa bourgeoisie l’a délaissé pour les nouveaux quartiers
qui se sont construits au nord de la ville moderne. Seules, désormais, les
petites gens y ont leur demeure. Ils en sont par nécessité les nouveaux
conquérants. La lecture et l’analyse de la cité ancienne présentée ici mettent
en évidence la force de cette transformation et la manière dont ces nouveaux
occupants y vivent et s’en approprient l’usage. Le Quito hispanique fondé en
1534 n’est vraiment entré dans la modernité qu’au début du XXe siècle. Son
ouverture au reste du monde se concrétisa fortement à partir de 1908 avec
l’arrivée du chemin de fer. Le Centre Historique actuel, constitué de la ville
des années 1900, a changé de résidants, d’usagers et de chalands. Cet ouvrage
se propose de le considérer précisément, afin de déterminer s’il s’agit d’un
ensemble de quartiers obsolètes, condamnés à échéance prévisible à changer de
fonction, voire à être mis entre parenthèses comme une enclave historique
définitivement muséifiée ; ou bien s’il constitue un élément significatif de
la réalité quiténienne contemporaine. Cette question préoccupe les
responsables de la gestion spatiale et sociale de la capitale équatorienne,
surtout depuis que cette portion de la ville a été inscrite à l’inventaire du
patrimoine mondial, sous l’égide de l’Unesco, en 1978. Karine Peyronnie et
René de Maximy, qui ont longuement séjourné à Quito, ont observé les
populations dans leurs travaux et leurs jours, rencontré les gestionnaires,
arpenté inlassablement les rues, les ruelles et les places, interrogé des
centaines de citadins.
S'identifier pour envoyer des commentaires.