Sur le trottoir, l'État, La police face à la prostitution
Éditeur
Seuil
Date de publication
Collection
La Couleur des idées
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Sur le trottoir, l'État

La police face à la prostitution

Seuil

La Couleur des idées

Offres

  • AideEAN13 : 9782021397925
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    16.99

  • AideEAN13 : 9782021397901
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    16.99

Autre version disponible

La prostitution n’est pas aisée à définir. Dans le tri entre échanges
économico-sexuels légaux et illégaux, la police joue un rôle déterminant. Qu
’est-ce qui déclenche l’intervention policière ? Qui, au contraire, passe à
travers les mailles du filet ? Ces opérations de qualification s’inscrivent
dans une institution et son histoire, celle d’une police des mœurs
historiquement chargée de la surveillance de tous les « déviants sexuels » :
prostitués, homosexuels, pornographes, exhibitionnistes, « libertins » ou
conjoints adultères. Faisant suite à une immersion de plusieurs mois dans les
brigades de police, ouvrant les dossiers et archives de la « Mondaine », cet
ouvrage embarque le lecteur dans l’univers policier aux prises avec les
déviances sexuelles. Gwénaëlle Mainsant suit les policiers en civil dans leurs
enquêtes entre filatures, planques, interrogatoires, entrevues avec les
indic’, interpellations, contrôles d’identité, mais aussi pendant les temps
morts de l’enquête. Elle constate les bouleversements à l’œuvre (explosion de
la prostitution étrangère, usage accru d’Internet, recrudescence de la
prostitution masculine et transgenre) qui obligent les policiers à rompre avec
leurs routines. Elle note aussi que l’indétermination de la prostitution comme
celle des délits de racolage et de proxénétisme laisse libre cours aux
interprétations pratiques des agents : une même personne peut être envisagée à
la fois comme une victime de proxénétisme ou de traite et comme coupable de
racolage et de franchissement illégal des frontières. Face à ces dilemmes
pratiques, chargés de donner réalité à l’abolitionnisme qui guide la politique
pénale, les policiers font des arbitrages, entre compassion et répression.
Représentants de l’État et dépositaires d’un pouvoir juridique, ils sont
aussi, dès lors, des agents de l’ordre social et sexuel.
S'identifier pour envoyer des commentaires.