Démons et merveilles. Le surnaturel dans l'océan Indien
Éditeur
Presses Universitaires Indianocéaniques
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Démons et merveilles. Le surnaturel dans l'océan Indien

Presses Universitaires Indianocéaniques

Offres

  • AideEAN13 : 9782490596584
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    10.99
Le fonds légendaire, le folklore, le surnaturel, le conte, sont des notions
qui intéressent à la fois les anthropologues, les folkloristes et les
littéraires, mais le cloisonnement des disciplines empêche souvent une
réflexion croisée. Cette publication a pour visée de réunir une équipe de
chercheurs pluridisciplinaire autour de catégories elles-mêmes composites : le
surnaturel, l’oralittérature, le conte, le Merveilleux, le Fantastique.
Il s’agit ici de réévaluer la pertinence des concepts de Merveilleux et de
Fantastique élaborés progressivement en Europe aux XIXe et XXe siècles pour
les littératures occidentales, mais souvent plaqués aujourd’hui sur des récits
de l’océan Indien ou d’ailleurs narrant des faits apparemment impossibles,
étonnants ou effrayants. De quelle manière nécessairement originale,
l’altérité – fascinante ou terrifiante, merveilleuse ou démoniaque – s
’inscrit-elle dans le folklore et dans les littératures de l’océan Indien ? En
quoi cela pourrait-il permettre, en retour, d’affiner les définitions établies
du Merveilleux et du Fantastique des littératures occidentales ?
Dans les contes mahorais, malgaches et créoles, le surnaturel – toujours
inséré dans un cadre réaliste dont il ne détruit jamais l’harmonie –,
relève-t-il encore du Merveilleux des traditions littéraires occidentales ?
Est-on plus proche de ce que les écrivains latino-américains appellent le «
réalisme magique » ou le « réel merveilleux » ? Ou s’agit-il encore d’autre
chose ? Dans l’océan Indien la prégnance de la tradition orale, le paysage des
mentalités, éloigné d’une représentation dite cartésienne du monde – la
situation géographique et un métissage culturel exceptionnel aidant –
contribueraient à une écriture du « surnaturel » éloignée du genre fantastique
: ce genre dans lequel le surnaturel, l’irrationnel ou l’altérité sont vécus
comme une déchirure de la cohérence universelle, une aporie problématisée par
le héros et un récit autoréflexif.
S'identifier pour envoyer des commentaires.