Alice ou les mystères
Éditeur
La Gibecière à Mots
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Alice ou les mystères

La Gibecière à Mots

Offres

  • Aide EAN13 : 9782374638997
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    2.49
**Edward Bulwer-Lytton** (1803-1873)

"C’était au commencement du mois d’avril ; le jour touchait à sa fin ; deux
dames étaient assises à la fenêtre ouverte d’un cottage du Devonshire. La
pelouse qui s’étendait devant elles était parsemée d’arbres verts, dont le
sombre feuillage était égayé par les premières fleurs et le frais gazon du
printemps. À l’horizon la mer, qu’on apercevait à travers une éclaircie des
arbres, bornait la vue, et contrastait avec les aspects plus rapprochés et
plus paisibles du paysage. C’était un lieu écarté, solitaire, éloigné des
affaires et des plaisirs du monde ; et c’était là ce qui en faisait le charme
aux yeux de celle qui l’habitait.

La plus jeune des deux dames assises à la fenêtre était la maîtresse de la
maison. À son apparence, on ne lui eût guère donné que vingt-sept ou vingt-
huit ans, quoiqu’elle dépassât de quatre ou cinq ans cette époque critique de
la beauté. Elle était petite et délicate de taille et de proportions, et ses
traits étaient charmants, quoique, par suite de leur air de douceur et de
repos (accompagné d’une certaine mélancolie), les gens d’un goût superficiel
ou peu délicat les eussent trouvés dénués d’expression. Car il y a dans
l’aspect des personnes qui ont éprouvé des émotions profondes, un calme qui
trompe les yeux du vulgaire : elles sont semblables à ces rivières souvent
tranquilles et profondes à mesure qu’elles s’éloignent des sources qui les
agitaient et les gonflaient au commencement de leur cours, et qui, bien
qu’invisibles, n’en continuent pas moins à les alimenter."

Suite de "Ernest Maltravers".
S'identifier pour envoyer des commentaires.