Récits arthuriens en moyen néerlandais, I. Le Roman du Chevalier à la manche - II. Lancelot et le Cerf au pied blanc
Éditeur
UGA EDITIONS
Date de publication
Collection
Moyen Âge européen
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Récits arthuriens en moyen néerlandais

I. Le Roman du Chevalier à la manche - II. Lancelot et le Cerf au pied blanc

Uga Editions

Moyen Âge européen

Offres

  • Aide EAN13 : 9782377472192
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    13.99

Autre version disponible

Le Roman du Chevalier à la manche conte l’histoire d’un jeune homme, anonyme,
abandonné par sa mère à la naissance, qui part à la recherche de ses parents.
Le roman, construit sur le modèle bipartite de Chrétien de Troyes, est défini
par deux quêtes : celle de la chevalerie et de l’amour dans la première partie
et celle du père conclue par le mariage des parents, dans la deuxième partie.
Le récit, inséré dans la version la plus étendue en moyen néerlandais de la
trilogie Lancelot - Queste del Saint Graal - Mort le Roi Artu, la
Lancelotcompilatie, présente un intérêt certain pour le médiévisme européen,
car c’est un des quatre romans arthuriens en moyen néerlandais considérés
comme « originaux », leur modèle français n’étant pas attesté à ce jour. Les
quêtes et aventures racontées, les motifs évoqués tels l’enfant trouvé, le don
d’une manche en gage d’amour, le secours porté à une jeune fille maltraitée,
l’envoi d’un chevalier vaincu à la cour, l’abolition de mauvaises coutumes, le
tournoi en vue de la conquête de la bien-aimée, le duel judiciaire sont
caractéristiques de la « matière de Bretagne » et rappellent l’œuvre de
Chrétien de Troyes et les romans d’aventure postérieurs. Fin connaisseur de la
tradition romanesque de Chrétien de Troyes et de ses épigones, l’auteur a
tracé, à travers les motifs familiers aux auditeurs d’antan, le chemin de la
réussite d’un jeune chevalier incarnant l’idéal chevaleresque et l’éthique
amoureuse prisés à son époque. Le récit de Lancelot et le Cerf au pied blanc,
inspiré de la deuxième partie du Lai de Tyolet, relate l’exploit accompli par
Lancelot : trancher le pied blanc d’un cerf gardé par sept lions en vue de la
récompense promise, à savoir le mariage avec une reine, anonyme. C’est le plus
bref des sept récits insérés dans la Lancelotcompilatie. La technique
narrative des deux récits rappelle celle du roman arthurien en vers, mais
aussi celle du roman en prose avec ses annonces et clôtures d’épisodes.
S'identifier pour envoyer des commentaires.