La latence, période et processus
Éditeur
Presses universitaires de France
Date de publication
Collection
Débats en psychanalyse
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La latence, période et processus

Presses universitaires de France

Débats en psychanalyse

Offres

  • Aide EAN13 : 9782130827276
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    19.99

Autre version disponible

Freud a d’abord pensé la latence comme une période située entre la crise
œdipienne et l’adolescence, caractérisée par un relatif silence pulsionnel.
C’est « l’âge de raison », propice à l’épanouissement du Moi. Les idéaux se
développent ; les intérêts se tournent vers la compréhension du monde
extérieur, favorisant les apprentissages. D’intenses investissements
narcissiques contribuent à la constitution de l’identité personnelle. Au-delà,
le suspens de la réalisation des vœux œdipiens détermine un écart temporel
organisant le diphasisme de la sexualité humaine. Ces désirs sont mis «en
latence» jusqu’à ce que la puberté les ravive, et les remanie dans le meilleur
des cas, pour ouvrir sur une sexualité adulte tournée vers l’extérieur du
milieu familial. D’autres auteurs ont par la suite exploré les processus
latentiels, prototypiques du fonctionnement en après-coup, à l’œuvre à tous
les âges de la vie, en particulier dans la cure. Au point que l’élargissement
d’une capacité de mise en latence, en appui sur la réserve interprétative de
l’analyste, a pu apparaître comme une visée du travail psychanalytique tant
elle favorise le fonctionnement du préconscient. Cette capacité témoigne de
l’investissement du mouvement psychique et du développement d’un plaisir de
penser en attente de configurations définies.
S'identifier pour envoyer des commentaires.