AFP 28 - L'amour au temps du…
Éditeur
Erès
Date de publication
Collection
Centre Primo Levi
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

AFP 28 - L'amour au temps du…

Erès

Centre Primo Levi

Offres

  • Aide EAN13 : 9782749272924
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    14.99

  • Aide EAN13 : 9782749272931
    • Fichier PDF, avec Marquage en filigrane
    14.99

Autre version disponible

L’amour est au commencement de l'histoire de la psychanalyse. C'est en cela
que s'origine la question du transfert comme l'un des quatre concepts
fondamentaux à partir duquel Freud et Lacan vont aborder les éléments liés à
la technique, mais aussi au dispositif de la cure. Le transfert est amour,
mais tout transfert est-il amour, tout amour est-il transfert ? Dans la cure,
qu’y et qui y rencontre-t-on ? Au cœur de l’expérience analytique se trouve
l’objet qui articule pulsion, désir et amour. Si l’amour est par essence
narcissique, alors qui aime-t-ton ? L’amour implique deux positions
subjectives : aimer et être aimé. Le sujet ne sait jamais quelle position il
occupe pour l’autre dans le fantasme. Avec Lacan nous savons qu’il n’y a pas
de rapport sexuel qui puisse s’écrire, ce à quoi l’amour peut suppléer sur le
plan imaginaire, en offrant l’illusion de faire Un. L’impossibilité de
renoncer à occuper la place d’objet a pour l’autre peut conduire à des formes
d’amour extrêmes. dans lesquelles le sujet se perd, jusqu’à se faire l’objet
de maltraitances. Même si les analystes ont à entendre les récits des
rencontres amoureuses dans ses effets heureux et désastreux, du côté du ratage
ou du ravage, la psychanalyse n’a pas pour visée de donner une éthique de
l’amour. L’amour est au commencement de l'histoire de la psychanalyse. C'est
en cela que s'origine la question du transfert comme l'un des quatre concepts
fondamentaux à partir duquel Freud et Lacan vont aborder les éléments liés à
la technique, mais aussi au dispositif de la cure. Le transfert est amour,
mais tout transfert est-il amour, tout amour est-il transfert ? Dans la cure,
qu’y et qui y rencontre-t-on ? Au cœur de l’expérience analytique se trouve
l’objet qui articule pulsion, désir et amour. Si l’amour est par essence
narcissique, alors qui aime-t-ton ? L’amour implique deux positions
subjectives : aimer et être aimé. Le sujet ne sait jamais quelle position il
occupe pour l’autre dans le fantasme. Avec Lacan nous savons qu’il n’y a pas
de rapport sexuel qui puisse s’écrire, ce à quoi l’amour peut suppléer sur le
plan imaginaire, en offrant l’illusion de faire Un. L’impossibilité de
renoncer à occuper la place d’objet a pour l’autre peut conduire à des formes
d’amour extrêmes. dans lesquelles le sujet se perd, jusqu’à se faire l’objet
de maltraitances. Même si les analystes ont à entendre les récits des
rencontres amoureuses dans ses effets heureux et désastreux, du côté du ratage
ou du ravage, la psychanalyse n’a pas pour visée de donner une éthique de
l’amour. À rebours des prises de position de certains qui en font une valeur
purement sociale et morale éminemment variable, simple fruit d’un
apprentissage, d’une soumission, d’une intériorisation, d’une norme changeant
selon l’histoire et la géographie, les auteurs considèrent la pudeur comme une
constante présente dès le plus jeune âge. Les effets des atteintes de la
pudeur, qu’elles soient le fait des armes, des tortures, voire du harcèlement
mis en actes par des pouvoirs bureaucratiques, en sont d’autant plus graves.
Philosophes, psychanalystes, juristes et artistes ont été invités par le
Centre Primo Levi à réfléchir, face aux personnes victimes de violences
politiques, sur les moyens de reconstruire une pudeur, de protéger ce qu’il en
reste, d’inventer des manières de dire et de faire avec la pudeur comme socle
commun. Penser, témoigner, écrire participent du travail de préservation de
l’humain auquel la violence politique du monde en guerres nous convoque. Par
son engagement auprès des personnes victimes de traumatismes et réfugiées en
France, cet ouvrage a pour ambition de contribuer à la formation des
professionnels, des bénévoles et des autres acteurs qui doivent faire face à
une demande croissante d’accueil, d’aide et de soin.
S'identifier pour envoyer des commentaires.