Dire son nom, Prix Fémina étranger 2011
Éditeur
Christian Bourgois éditeur
Date de publication
Collection
Littérature étrangère
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Fiches UNIMARC
S'identifier

Dire son nom

Prix Fémina étranger 2011

Christian Bourgois éditeur

Littérature étrangère

Offres

  • AideEAN13 : 9782267023121
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    14.99

  • AideEAN13 : 9782267023114
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    14.99

Autre version disponible

Prix Femina étranger 2011 « Magnifique et profondément poignant. » Joseph O'Connor « Un chef-d'œuvre de narration et de mise-en-scène. » Colm Tóibín En 2005, le romancier Francisco Goldman épouse au Mexique la jeune et brillante Aura Estrada, qui se destine elle aussi à devenir écrivain. Un mois avant leur second anniversaire de mariage, Aura se brise la nuque en faisant du bodysurf sur la côte mexicaine. Francisco, tenu pour responsable de l'accident par la famille d'Aura est rongé par la culpabilité et le chagrin. Il commence à écrire Dire son nom, un roman qui se présente comme la chronique de son amour pour Aura et de cette perte insurmontable. Désireux de garder vivant son souvenir, Francisco rassemble tout ce qui a un rapport avec elle. De son enfance et ses études à Mexico entourée d'une mère qui lui est dévouée corps et âme, jusqu'à son arrivée à l'Université de Columbia, en passant par leurs premiers moments de couple à New York, ou en voyage au Mexique et en Europe, Francisco Goldman cherche l'essence d'Aura. Il nous fait découvrir l'attachante singularité de leur couple et, ce faisant, il redonne vie à Aura – une jeune femme pleine d'esprit et d'énergie, lumineuse et exubérante. Avec toute l'empathie qui emplit ce roman, Francisco Goldman a su créer le portrait vivant et drôle d'un amour aussi joyeux et léger qu'il est profond et intense. « Dénué de tout pathos, ce récit est un exorcisme délicat où l'écriture affronte la mort pour nous faire aimer un être disparu. Non, la voix d'Aura ne s'est pas tout à fait éteinte dans le fracas d'une vague, et Goldman la ressuscite avec une pudeur poignante. » André Clavel, L'Express
S'identifier pour envoyer des commentaires.