icone du menu burger icone de fermeture du menu burger
Revue En Magnum n°29, La Bourgogne : les vertiges de l'amour
EAN13
2000216114186
Éditeur
Bettane+Desseauve
Date de publication
Nombre de pages
130
Dimensions
34 x 23,5 cm
Poids
550 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Revue En Magnum n°29

La Bourgogne : les vertiges de l'amour

Bettane+Desseauve

Offres

  • Vendu par Librairie Athenaeum
    En stock

    Quantité disponible: 15

    6.50
L'édito de Thierry Desseauve 5
Histoire de une 12
Mondovino :
• Un patrimoine vivant et des produits chimiques, des récompenses et le juste retour de la croix de Charlemagne, le Mondovino a toujours quelque chose à dire. 14
Portfolio
• L'alsace, ses beautés, sa gloire. 17
Humeur(s)
• Le vin à boire vite, cette illusion tragique, par Michel Bettane. 24
• Les mots qui fatiguent, par Nicolas de Rouyn. 26
Douce France
• Loire, une vie de visites. 28
• Dans les pas de Catherine Corbeau-Mellot. 31
Food
• Un verre, une assiette. 35
• Tout autour de Beaune, les tables ou vignoble. 36
• L'hostellerie Jérôme à la Turbie. 39
• Lyon, un bouchon plus loin. 40
• Neuf cavistes préférés, bordeaux en force. 44
• Des château neuf-du-pape, et quoi ?46
• Beaujolais, la terre, la rivière. 47
Dossier Bourgogne : Les Vertiges De L'amour
• La bourgogne, l'impasse et l'issue. 50
• Étienne de Montille : « la bourgogne est devenue un objet de passion ». 58
• Argent trop cher, le vin n'a pas de prix. 60
• L'asie, le vin, l'argent. 62
• Louis-Michel Ligerbelair: « il manquait quelque chose à Vosne-Romanée ». 64
• Successions, familles en danger. 66
• Laurent Delaunay et Armand Heitz : «les habitants de Chassagne avaient des trous dans leurs vêtements, aujourd'hui, ils roulent en Porsche 69
• Nos bourgogne, de pas cher à pas trop cher. 76

Horizons Lointains
• La Toscane, encore et encore. 80
Technico-Tactique
• Crise sur les bouteilles. Pourquoi ? 87
Les logos et les gogos. 90
Portraits :
• Véronique Corporandy : Le meilleur de Soutard est à venir 92
• Julien Viaud : Si Michel te fait confiance, on te fait confiance 94
Dans la cave de : Simone Tondo 96
Caractères : Têtes de cuvée #29 99
LA GRANDE DEGUSTATION :
La classe de Maître :
• La bande des chouchous 106
• Les interviews des magnums 112
Verticale :
• Laurent-Perrier, le rosé d’Alexandra 116
La caisse de six :
• Monoprix et sa foire aux vins 118
Terroirs
• Rasteau sur le bon chemin 120
• Banyuls, civiliser l’indomtable 122
Focus
• Invidia, un nouvel esprit à Bordeaux 124
La BD de BD :
Le peuple des vignes par Régis Franc 126
La dernière page : Marc Rinaldi, le mythe, pas moins 130
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Edito de Thierry Desseauve

[LE PARFUM] Dans un livre fameux nommé comme cet éditorial, l’auteur Patrick Süskind raconte avec verve les terrifiants meurtres commis par un orphelin du XVIIIe siècle pour créer le parfum absolu. Le sinistre héros du livre, Jean-Baptiste Grenouille, aurait pourtant pu épargner les vingt-deux jeunes vierges qu’il trucide en faisant une halte sur la route qui le mène des bas-fonds parisiens jusqu’au laboratoire d’un parfumeur célèbre de Grasse. Quelques jours entre Nuits-Saint-Georges et Beaune auraient suffi à le convaincre que les vins issus du cépage pinot noir, à l’époque déjà maître des vignobles bourguignons, possédaient un parfum capable d’envoûter le monde entier. Grenouille ne s’est pas arrêté, le pinot de Bourgogne a continué son chemin et a construit une success story aujourd’hui sans frontière. Dans un registre différent, les grands blancs de Bourgogne ont tracé la même voie. On apprécie les vins de Bordeaux ou du Rhône, on est amoureux du vin de Bourgogne. Ses arômes, sa finesse, le velouté de sa texture, ses nuances, sa rareté aussi, tout cela le rend unique. On lui concède même, sans lui en tenir grief, de faire preuve d’une irrégularité gustative quasi systématique, de ne garantir en rien le niveau de qualité minimal que l’on est en droit d’attendre de bouteilles souvent chères et difficiles à dénicher et de n’avoir pas toujours été, au cours de sa longue histoire, à la hauteur de son mythe. L’amour oublie vite et pardonne beaucoup. Pourtant, si la Bourgogne joue en solo une partition qui ne ressemble à aucune autre, elle mérite d’être observée sereinement et à hauteur de vignes, de chais et de vignerons. C’est cela que s’est attaché à faire, passionnément et objectivement, ce vingt-neuvième numéro de En Magnum.