Allons en vendanges, Meursault dans les années 50 à travers les cartes postales de Maurice Collin
EAN13
9782954862705
ISBN
978-2-9548627-0-5
Éditeur
Le Globe
Date de publication
Collection
Les cahiers du Globe
Nombre de pages
72
Dimensions
21 x 21 cm
Poids
270 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Allons en vendanges

Meursault dans les années 50 à travers les cartes postales de Maurice Collin

De

Le Globe

Offres

Préface
C'est à une initiative singulière mais passionnante que nous invite l'exposition « Allons en vendanges - Meursault dans les années 50 à travers les cartes postales de Maurice Collin ». Avec pour point de départ de «simples» cartes postales de scènes viticoles, Karoline Knoth nous propose de remonter dans le temps, dans un passé viticole pas si lointain, celui des années d'après-guerre.

Avec constance, détermination et rigueur scientifique, elle a su exhumer ces documents anciens puis rassembler les pièces à conviction pour reconstituer le parcours du photographe et éditeur de ces cartes postales Maurice Collin et ses liens avec les viticulteurs de Meursault. En menant des entretiens avec ceux qui avaient connu Collin dans cette commune de la Côte de Beaune, Karoline choisit une posture bien connue de la discipline ethnologique.

Nous ne sommes pas si éloignés de la démarche d'André Lagrange, l'un des créateurs du Musée du Vin de Bourgogne avec Georges-Henri Rivière, qui sut quelques années auparavant rassembler objets, témoignages, documentation d'une époque révolue, celle du vignoble pré-phylloxérique.

Mais ici l'«objet» a évolué : le vignoble bourguignon s'ouvre au machinisme viticole - le tracteur-enjambeur en est l'emblème -, adopte de nouvelles pratiques et de nouveaux outils, cède parfois à la tentation de nouveaux produits chimiques efficaces mais qui se révèleront destructeurs. Outre ces évolutions techniques et culturales, les photos de Maurice Collin révèlent aussi l'épanouissement d'un folklore vineux et d'une image idyllique de la Bourgogne viticole, cristallisés dès les années d'entre-deux-guerres. Sur les cartes postales, les vendangeuses, gaies et pimpantes, se protègent la tête évidemment avec une layotte et portent de bien jolies robes un peu trop propres

Pas de doute que cette exposition participe à cette mobilisation et cette aventure exceptionnelles en faveur de l'inscription des Climats de Bourgogne au Patrimoine mondial de l'UNESCO. Je suis pleinement convaincue que, conjuguée à de multiples autres actions de valorisation, cette exposition saura faire de notre ambition, la reconnaissance internationale des Climats comme Patrimoine de l'humanité, une réalité.

Laure Ménétrier, Responsable des Musées de Beaune
S'identifier pour envoyer des commentaires.