Un jour comme celui-ci
EAN13
9782267018998
ISBN
978-2-267-01899-8
Éditeur
Christian Bourgois
Date de publication
Collection
Littérature étrangère
Nombre de pages
208
Dimensions
2 x 1 x 0 cm
Poids
212 g
Langue
français
Langue d'origine
allemand
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

Autre version disponible

L’année scolaire touche à sa fin. Une autre année de la vie d’Andreas vient de s’écouler, monotone, entre ses cours d’allemand dans un collège en banlieue parisienne et ses aventures amoureuses convenues, quand le spectre de la maladie fait irruption. Si la mort venait le faucher là, demain, serait-il sûr d’être allé au bout de ses rêves ? Ne s’est-il pas fourvoyé en chemin, n’est-il pas temps de tout recommencer? Andreas quitte alors Paris, abandonnant travail et maîtresses et, tournant le dos à vingt années de sa vie, part pour une quête de l’essentiel, à la recherche de lui-même et de son grand amour d’adolescent. Un Jour comme celui-ci est l’histoire d’une cavale entre la vie et la mort où Stamm aborde avec brio ses thèmes familiers : la peur de s’engager, l’angoisse de vivre, l’étrangeté au monde et la solitude. « Habilement construit autour de flash-back et d'incises, ce roman au rythme nonchalant et au ton discret possède une atmosphère à la fois tranquille et trouble dans laquelle il est difficile de ne pas se laisser prendre. Dans une langue précise et économe, Peter Stamm raconte sa crise et son errance (géographique, psychologique et sentimentale) comme à travers un voile, gommant leur dimension dramatique pour mieux exprimer les sentiments qui le hantent: l'étrangeté, la fatalité et, surtout, la conviction tenace que l'existence est absurde. » (Bernard Quiriny, Le Magazine littéraire) « Pourquoi l'homme ordinaire, celui que rien ne distingue ou ne singularise, est-il devenu un inépuisable sujet romanesque? Probablement parce que la banalité, envisagée sous un certain angle, fait saillir le non-sens de la vie et donne le vertige. Le héros sans qualités, solitaire, qui ne coïncide plus ni avec son temps ni avec lui-même, est d'invention récente. [...] "Un jour, c'était déjà l'avenir" écrit Peter Stamm à la fin de son roman. Manière d'imaginer une rupture dans la succession infinie des hasards, de laisser un peu de lumière percer dans l'invisible prison où il a enfermé son personnage? » (Patrick Kéchichian, Le Monde)
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Peter Stamm
Plus d'informations sur Nicole Roethel