À bas l'égoïsme, vive la mutualité !
Éditeur
Presses Universitaires de Vincennes
Date de publication
Nombre de pages
192
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

À bas l'égoïsme, vive la mutualité !

Presses Universitaires de Vincennes

Offres

  • Vendu par Librairie Athenaeum
    AideEAN13 : 9782842925178
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    13.99

Autre version disponible

Sommaire

Préface par Jean-Claude Yon
Avant-propos – Pierrot a le droit d'être fier
Introduction – La maps : une des pièces manquantes du puzzle de l'histoire de la protection sociale des artistes
Les différentes organisations collectives des artistes interprètes
La pièce manquante du puzzle de l'histoire des organisations collectives
Une organisation résolument différente des autres
La longue lutte des artistes de café-concert pour la respectabilité artistique et la dignité sociale de leur métier
L'imprévisible réussite de l'Association des artistes dramatiques
Une adhésion réservée aux théâtres et aux genres distingués
Grands théâtres, spectacles de curiosités et genres inférieurs
Du café chantant au café-concert : la professionnalisation des chanteurs
Beuglants, bouis-bouis et autres établissements de basse catégorie et de prostitution
Le combat de Charles Joseph Alozar Lorge pour la liberté artistique et la respectabilité du café-concert
La création d'une association de prévoyance des artistes de café concert
1865 : la création de l'Union des artistes lyriques des cafés-concerts, un premier acte d'insertion sociale
Jules Pacra, portrait du président fondateur?: 70 – 21 mars 1881?: le printemps de l'Association de prévoyance des artistes lyriques
Le parrainage de Victor Hugo?: 82 – 1890?: la création de la Société de secours mutuels des artistes lyriques
La création de l'Union syndicale des artistes lyriques
Mutuelle et syndicat : des chemins qui se séparent progressivement
Les maisons de retraite des artistes interprètes : la vie de château pour les anciens
La maison de retraite de Pont-aux-Dames : un château pour les vieux comédiens
Le combat de Dranem
La vie de château pour les « chemineaux de la chanson »
Le poids d'un héritage
Rester fidèle aux valeurs fondamentales tout en évoluant avec son temps
Café-concert, music-hall, variétés : la mutuelle accompagne l'évolution des genres artistiques
1945-1960 : les années de la reconstruction
Les années 1970 : valoriser l'idée de « famille du spectacle »
1970-1980 : le poids du château
Confier la gestion de la maison de retraite à un organisme spécialisé
Vendre le château sans perdre l'âme de la mutuelle
Conclusion – L'histoire de la maps : l'histoire d'un entêtement à exister
Postface par Jean-Jacques Hocquard
Inscrire les valeurs fondamentales dans la durée
Le temps des regroupements et de la professionnalisation des mutuelles du spectacle vivant
Préserver l'identité de mutuelle professionnelle de la culture
Annexes
La MAPS en image
Bibliographie
Références et crédits photographiques
Index
S'identifier pour envoyer des commentaires.